Joe Fafard - Le lieu commun
Hello, you either have JavaScript turned off or an old version of Adobe's Flash Player. Get the latest Flash player.

Quand on pense au lieu commun, quel est le sens de cette expression? Elle se divise en deux parties : commun, qui est ce qui appartient à tout le monde ou ce qui est commun, ordinaire. Lieu, c’est probablement... ce que l’on veut explorer et ce qui se situe ici. Bien sûr, j’explore aussi ce qui est ailleurs, par exemple quand j’ai fait un portrait de Georgia O’Keefe, mais ce n’est pas nécessairement ailleurs – c’est ici en esprit parce que c’est elle qui a exploré son lieu, elle a exploré le Nouveau-Mexique. Elle s’est appuyée sur sa sensibilité et son observation du monde, ce qui est, je pense, la responsabilité de l’artiste, de révéler au public ce qu’est sa conception du monde. C’est une leçon très importante que nous avons apprise vers la fin des années 60 et le début des années 70 ici à Regina. Je fais référence aux artistes qui étaient engagés dans le Regina Clay Project. Avant, il y avait des artistes locaux qui n’avaient jamais été intéressés à quoi que ce soit qui arrive ici, mais qui étaient très intéressés à faire partie de la scène, et voulaient avoir l’air important, moderne. Ce qu’ils faisaient en réalité, c’était d’imiter un mouvement qui se déroulait loin d’ici, n’avait rien à voir avec les vies des gens d’ici, et n’a toujours rien à voir d’ailleurs. Ces gens étaient dans un sens des grands imposteurs. Alors on a pensé, non, ce n’est pas le rôle de l’art, ce n’est pas le rôle que nous voulons jouer. Nous voulons parler aux gens de ce qui leur tient à coeur. Nous voulons refléter cette société à elle-même et ce faisant, lui révéler ce qu’elle est, essayer de montrer qui nous sommes, ce qui est une tâche beaucoup plus importante que d’avoir du style. Donc c’est ce que nous avons poursuivi comme but et c’est ce que le lieu commun est, cet endroit où nous sommes tous – un endroit qui nous est commun. Il y a un mot en anglais, the commons, et c’est habituellement l’endroit dans le village qui est la propriété de tout le monde, et donc nous avons pensé que les gens pourraient réclamer ce droit de propriété de leur vie intellectuelle dont l’art fait partie.

Duration: 3:42 min
Size: 16646kb

Other Videos About This Artist

Vie à la ferme et observationComment il est venu à Regina en tant que professeur et sculpteurValadon Potter et TeevoLe lieu communSur les critiques, le succès commercial, et l’importance de ne pas compromettre son artSur les commandes qu’il a reçuesInterview with Timothy Long - L’art Funk et le mouvement Regina Clay
Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning