Jerry Didur - Pourquoi il a laissé tomber la peinture
Hello, you either have JavaScript turned off or an old version of Adobe's Flash Player. Get the latest Flash player.

Lorsque j’ai commencé à peindre, je veux dire, c’était assez stimulant d’apprendre comment utiliser la peinture, parce que je n’avais pas beaucoup de connaissances à ce sujet. J’aimais les choses grandes et brillantes, alors je faisais des peintures grandes et brillantes. En fait, j’utilise deux instruments différents : ou bien quelque chose de gros, en particulier des rouleaux pour peindre des maisons, et je mélange pas mal de mes couleurs en utilisant des rouleaux. Et puis j’utilise des pinceaux-éponges de mousse pour une grande partie du travail. Mais 90% du temps, je le passais à peindre avec un petit pinceau qu’on appelle brosse à lettre, dont la partie pinceau n’est probablement pas plus épaisse que la mine d’un crayon de plomb. Il s’agit de superposer de nombreux coups de pinceaux, et de nombreuses couches de couleurs les unes sur les autres, et l’on reprend encore et encore et encore. Comme je le disais, au début, c’était très stimulant, mais au bout de quelques années plus tard, ça m’est apparu ennuyeux et toute la question de la peinture était devenue une corvée pour moi : m’asseoir là et peindre dans l’atelier parce que je savais ce que j’allais faire, et que je savais à quel point cela prenait du temps, et puis tu t’assieds là… la télé était constamment allumée pour me garder la tête occupée parce que peindre était si ennuyeux. Je me faisais beaucoup critiquer parce que beaucoup d’artistes ont des expositions qui tournent autour du même thème. Comme Joe avec ses vaches, David avec ses maisons. On m’en voulait parce je ne m’en tenais pas aux mêmes thèmes, que l’une de mes expositions portait sur des poissons, l’autre sur des jardins japonais, et puis ma prochaine exposition portait sur les Sentinelles arc-en-ciel, et ainsi de suite. Eh bien cela aurait rendu la peinture encore plus ennuyeuse qu’elle ne l’était. L’agréable, c’était…de songer aux idées. Peut-être que j’aurais continué si j’avais pu trouver quelqu’un pour les peindre pour moi. Alors je me serais assis et j’aurais dit : «J’ai cette bonne idée», j’aurais exécuté l’un de mes dessins en cinq minutes, puis je serais sorti golfer pour le reste de la journée. Cela devrait ça, être artiste, selon moi.

Duration: 2:44 min
Size: 11868kb

Other Videos About This Artist

Débuts de peintreInfluence de David ThaubergerPourquoi il a laissé tomber la peintureLes pyramides fantômes des PrairiesSentinelle troyenne
Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning