Le passage du temps

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Sans nom, 14 mai 1979
description

Les peintures de Ron Martin exigent des spectateurs une réflexion sur ce qu’ils regardent; elles exigent qu’ils soient des visiteurs actifs. Martin a insisté sur ce point en émettant son opinion en1990, lors d’une exposition de son oeuvre : «L’art est inutile si nous ne pouvons en digérer le sens par nous-mêmes».

Tout comme la digestion est un processus qui requiert du temps, les peintures de Martin exigent «qu’on jette un regard attentif», selon les mots de Walter Klepac, qui a beaucoup écrit sur Martin. De même, un communiqué de presse du Musée des beaux-arts de l’Ontario annonçant une exposition des «peintures du monde» de Martin, remarquait que : «Le but essentiel de Martin est d’engager une interaction entre la peinture et l’observateur de telle manière que les oeuvres atteignent leur pleine signification seulement lorsque le spectateur y fait face. »

Quelques spectateurs peuvent ressentir une forme d’indigestion esthétique en regardant les peintures de Martin. Le critique Barrie Hall a admis avoir prononcé une obscénité lorsqu’il a vu pour la première fois les Bright Red Paintings (Peintures Rouge Vif) de Martin : «C’est ma première réaction, une réaction habituelle à un art vers lequel je suis immédiatement attiré et qui me coupe littéralement le sifflet.» Sur un autre groupe de ses peintures intitulé Black Paintings (Peintures noires), la critique Carole Corbeil a affirmé qu’il était impossible de ne pas écrire à propos de sa propre résistance aux peintures : «…ces peintures insistent sur le fait que le noir, dont on dit traditionnellement qu’il absorbe la lumière, pourrait être traité de telle manière qu’il engendre la lumière.» (Corbeil, 1986)

Si Martin requiert de ses spectateurs qu’ils investissent leur temps et leur attention dans ses oeuvres, il en a fait de même. Dans des groupes de peintures comme celui qui est intitulé World Paintings (Peintures du monde) ainsi que dans des groupes monochromes Bright Red Paintings (Peintures Rouge Vif) and et les Black Paintings (Peintures noires), il a exploré «la peinture comme élément physique, le matériau lui-même» (Martin, 1991).

L’oeuvre présentée dans ce thème, de la collection de la MacKenzie Art Gallery, appartient à un groupe de peintures sans titres mais datées. Dans Untitled May 14, 1979 (Sans titre. 14 mai 1979) (présentée ici), Martin traite la peinture acrylique qu’il utilise comme une substance physique – la peinture comme pure matière (si d’autres peintres ont tenté par leur oeuvre de donner leur opinion «Sur l’importance de peindre», peut-être Martin, lui, tente-t-il de donner son opinion «Sur l’importance de la peinture comme médium»).

Untitled May 14, 1979 (Sans titre. 14 mai 1979) invite les spectateurs à se rapprocher, à voir comment les mouvements se rapprochent et se dissolvent. Ils changent d’apparence selon que le spectateur se déplace à droite ou à gauche. Walter Klepac rapproche cette expérience de celle d’entendre une conversation intéressante dans un langage qu’on ne connaîtrait pas : «Quelque chose d’intéressant et de précis se discute, mais on n’en connaît aucunement la nature» (Klepac, 1985.)

Le plus fascinant, c’est qu’après un certain temps, la peinture que l’on regarde paraît effectivement engendrer de la lumière plutôt que de l’absorber. À la fin, suggère Klepac, le spectateur doit «abandonner l’examen rapproché de sections de la surface de la peinture pour réfléchir sur les paterns et sur la nature de son comportement comme observateur». En prenant du recul, le spectateur «donne libre cours à la peinture de configurer et de reconfigurer, cependant qu’il ou elle l’inspecte de divers angles ainsi que de près et de loin.»

additional resources Matière à réflexion
  • Dans sa critique des Black Paintings (Peintures noires ), Walter Klepac note :

    «La conception littérale de l’espace en arrive à la fin à la bifurcation de notre connaissance de la réalité externe vers les phénomènes et la gestalt, c’est-à-dire entre la sensation d’un côté et l’idée de l’autre. »

    Que croyez-vous que signifie cette affirmation et comment croyez-vous qu’elle soit liée à l’oeuvre de Martin? Si vous n’êtes pas certain de comprendre le sens de certains mots, cherchez ces mots dans un dictionnaire, puis discutez cette affirmation avec des camarades étudiants en art ainsi qu’avec vos enseignants.
  • Dans l’une de ses nombreuses réflexions d’artiste de Martin, on trouve : «Si vous voulez tirer avantage de la peinture, il faut y mettre des efforts, de la même manière logique que si vous suiviez un programme de mise en forme». Êtes-vous d’accord avec cette affirmation ? Pourquoi?
  • Martin a aussi écrit cette réflexion : «Les artistes sont ceux qui se sacrifient à une idée qui les transporte vers l’avenir. Lui et elle savent que la pensée consciente est la gardienne du processus de création de l’inconscient. Bafouer cette connaissance, c’est bafouer la nature fondamentale de l’art.» Qu’est-ce que ces paroles de Martin signifient, selon vous? Connaissez-vous un poète, un écrivain ou un musicien, homme ou femme, qui soit l’auteur de paroles semblables?
Références

(anglais) Anonyme. ‘Ron Martin.’ painting now/76/77, sans date.

(anglais) Anonyme. ‘Ron Martin, biography.’ Centre for Contemporary Canadian Art, sans date. Retrouvé sur Internet le 26 mars 2008 de: http://www.ccca.ca/bios/martinron_bio.html.

(anglais) Anonyme. ‘Ron Martin: World Paintings.’ Communiqué. de presse, Musée des Beaux-Arts de l’Ontario, Toronto, Ontario, sans date.

(anglais) Campbell, James D. ‘Object Relations: On Ron Martin’s Recent Colour Paintings.’ C Magazine, Fall, 1990. Retrouvé sur Internet le 26 mars 2008 de: http://www.ccca.ca/c/writing/c/campbell/camp027t.html.

(anglais) Carpenter, Ken. ‘Ronald Albert Martin.’ The Canadian Encyclopedia. Retrouvé sur internet le 26 mars 2008 : http://thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=A1ARTA0009581

(anglais) Corbeil, Carole. ‘A purist pursues the myth of matter.’ The Globe and Mail, 12 avril 1986.

(anglais) Fones, Robert. ‘Ron Martin.’ Proof Only, February 1974. Retrouvé sur internet le 26 mars 2008 de: http://www.ccca.ca/c/writing/f/fones/fones001t.html.

(anglais) Klepac, Walter. ‘Ron Martin: Black Paintings 1974-1981.’ Vanguard, May 1985.

(anglais) Newlands, Anne. Canadian Art from its Beginnings to 2000. Willowdale, Ontario: Firefly Books, 2000.

(anglais) Martin, Ron. ‘Artist Statement for Plan for Painting Series.’ Centre for Contemporary Canadian Art, undated. Retrouvé sur Internet le 26 mars 2008 de : http://www.ccca.ca/statements/martin_statement.html.

(anglais) ---. ‘Artist Statement.’ Solo Exhibition, 1990.

(anglais) ---. ‘Artist Statement.’ Solo Exhibition, 1991.

(anglais) ---. ‘Artist Statement.’ Solo Exhibition, 1992.

(anglais) ---. ‘Artist Statement.’ A Retrospective Exhibition, 1997.

(anglais) Reid, Dennis. Concise History of Canadian Painting, 2nd edition. Toronto: Oxford University Press Canada, 1988.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning