Le passage du temps

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Extraits de conversations avec moi-même
description

Dans une série d’oeuvres intitulée Extraits de conversations avec moi-même qui font partie de la collection de la MacKenzie Art Gallery Nachtigall a réalisé une œuvre multimédia sous forme de 67 panneaux de 2 pieds carrés inspirée par toutes sortes d’idées et d’événements. Les matériaux qu’il emploie viennent aussi d’endroits différents. Ce sont des objets qu’il trouve dans les ruelles ou qui lui rappellent son adolescence.

Parfois ses sources d’inspiration sont claires. Ce sont, par exemple, des images de la culture populaire comme G.I. Joe et Zorro. Dans d’autres panneaux, les références sont plus obscures et nécessitent des explications. Ainsi le 74 est une référence à son plat favori dans un restaurant vietnamien.

Cette même démarche du type « J’en prends un dans la colonne A, un dans la B et un dans la C » s’applique aussi à l’oeuvre elle-même. La série Extraits de conversations avec moi-même est sensée être installée comme bon l’entend le commissaire de l’exposition. En raison de la taille de l’œuvre, parfois il n’est possible d’exposer que 50 des 67 panneaux et c’est au commissaire de faire le choix. Comme le dit Nachtigall, quand il crée, c’est comme s’il ouvrait un robinet dans son subconscient mais dans cette oeuvre particulière, le commissaire peut contrôler le robinet. (Long, 2001)

Le critique Jack Anderson rapporte que Nachtigall a créé les 67 panneaux en 90 jours, en s’inspirant des infos qu’il entendait à la radio, de la musique qu’il écoutait en peignant, des livres qu’il lisait et de ses activités quotidiennes. Il écrit même que «… ces images sont plus des émotions et des idées que l’artiste saisies à la va-vite. Ce sont des réactions urgentes aux confusions qui surviennent tous les jours dans le monde des adultes.» (Anderson, 2001)

Certains panneaux s’inspirent directement des livres de coloriage de son enfance, des super-héros de bandes dessinées, des hot rods et autres emblèmes de l’adolescence. Nachtigall n’était pas un de ces enfants qui peignent dans les lignes; il n’avait pas peur de barbouiller toute la page. En fait, il applique directement la peinture sur la toile, ou sur la surface qu’il utilise, sans se servir d’un pinceau.

Le robinet ouvert, des images du courant de conscience jaillissent sur la toile. Parfois, Nachtingall se fait l’écho de l’anxiété que nous ressentons, confrontés à ce qui arrive autour de nous, et alors le courant passe. Parfois ce n’est pas le cas. Nous sautons alors au panneau suivant et nous tombons sur une texture différente, un autre objet trouvé, une autre observation personnelle, une autre intuition sur ce qu’est qu’être humain. La série Extraits de conversations avec moi-même se lit comme un journal personnel qui chronique le passage du temps et invite le spectateur à se joindre à l’acte de création d’histoires.

additional resources Conversations avec moi-même
Duration: 2:12 min
Size: 9777kb
Créer une peinture
Duration: 2:14 min
Size: 9586kb
Devenir peintre
Duration: 2:24 min
Size: 11191kb
Exposer son oeuvre
Duration: 1:39 min
Size: 7258kb
L’usage des mots
Duration: 2:03 min
Size: 9586kb
Matière à réflexion
  • Nachtigall laisse aux commissaires d’exposition le choix de la présentation des 67 panneaux de Extraits de conversations avec moi-même. Une fois, à Vancouver, il a peint plusieurs tableaux dans la ville. Libres aux passants de les regarder ou de les emporter chez eux. Selon vous, est-ce une manière valable de créer de l’art?
  • À l’époque où il faisait les poubelles, Nachtigall peignait sur du carton, sachant que l’oeuvre ne durerait pas. Généralement, pourtant on considère l’oeuvre d’art comme quelque chose à collectionner et à mettre dans un coffre-fort quand elle n’est pas exposée. Que veut dire Nachtigall par sa façon de faire les choses?
  • Parfois Nachtigall se sert de journaux comme matériaux. Certaines des images de Extraits de conversations avec moi-même sont inspirées de bulletins de nouvelles qu’il a entendus à la radio en peignant. Cela nous montre que Nachtigall se préoccupe du monde où nous vivons mais il est possible que nous ne saisissions pas les événements auxquels il fait référence. Après avoir vu son oeuvre, trouvez-vous que la manière qu’il a de faire les choses est efficace?
  • Nachtigall, dans son rôle d’artiste résident au Sherbrooke Community Centre ne se voit pas comme un thérapeute ou un enseignant . Il se voit comme un agent de changement des perceptions qu’on a des personnes handicapées qui peuvent créer des oeuvres d’art. Est-ce que c’est une approche consistante avec ce qu’il fait, comme employer des objets trouvés ou donner ses tableaux?
  • Références

    (anglais) Anderson, Jack. ‘Nachtigall’s chaotic, rambling images are carefully considered explorations.’ Regina Leader-Post, 6 mars, 1999.

    (anglais) Anderson, Jack. ‘’Trash’ used to awake the senses.’ Regina Leader-Post, 28 janvier, 2004.

    (anglais) Auteur inconnu. “Postcards from the Zone.’ Border Crossings, Vol. 20, No. 4, 2001.

    (anglais) Auteur inconnu. ‘Jeff Nachtigall: Fauna and Fodder.’ Gladstone Bag, octobre 2003.

    (anglais) Auteur inconnu. ‘Art Program Empowers Sherbooke Residents.’ Saskatoon Health Region, 27 décembre 2007. Capté d’Internet le 27 mars 2008: http://www.saskatoonhealthregion.ca/news_you_need/media_centre/telling_our_stories/2007/122707_sherbrook_art.htm

    (anglais) Auteur inconnu. ‘Arts Residency Creates Positive Change in Care Facility, Leads to Exhibition.’ Mendelog, 10 octobre 2007. Capté d’Internet le 27 mars 2008: http://www.mendel.ca/wordpress/?p=124

    (anglais) Garneau, David. Making it like a man. Catalogue d’exposition MacKenzie Art Gallery, Regina, Saskatchewan, 2004.

    (anglais) Long, Timothy. ‘Jeff Nachtigall: Excerpts from conversations with myself.’ Artichoke, Fall/Winter 2001.

    (anglais) MacLennan, Kathryn. ‘Nachtigall’s works ‘deceptively simple’.’ The Carillon, 13 mars 2003. Capté d’Internet le 27 mars 2008: http://carillon.uregina.ca/03.13.03/story6.html

    (anglais) University of Saskatchewan. ‘Excerpts from conversations with myself.’ News Release,10 janvier 2003.

    Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning