Technobabble

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Cube Parechoqué
description

Les sculptures de John Noestheden sont généralement dans la tradition minimaliste, tradition qu’il décrit comme étant «à la limite entre quelque chose et rien du tout». Dans une critique de l’exposition de 1999 intitulée Bumperdobjects (Objets parechoqués) à la Dunlop Gallery de Regina, le critique d’art Jack Anderson a observé que le studio de Noestheden semble être voué exclusivement à «la manufacture des choses qui peuvent être mesurées et pesées, de choses substantielles et précises. Les nombreuses sculptures géométriques que Noestheden fabrique ici ont toutes l’apparence de pièces détachées métalliques minutieusement frappées à la machine, qui réfléchissent la lumière. Elles exsudent toutes l’esthétique soignée, aux lignes pures, de l’âge de la machine, qui représente une éthique de propriété, d’autorité et de pouvoir sur la nature. Trad.» (Anderson, 1999).

Toutefois, précise Anderson, le studio de Noestheden n’est pas une usine, et ses sculptures sont faites à la main. Les formes qu’il choisit – dans le cas du Cubeparechoqué présenté plus haut, un cube muni de pare-chocs circulaires—suggèrent des variations au motif habituel des produits manufacturés. Noestheden a choisi un objet manufacturé et l’a personnalisé en limant les arêtes de nombreuses fois.

Zoomez sur l’image ci-dessus pour l’agrandir. Le cube, dans un équilibre précaire sur une arête limée à la main, a l’air de basculer vers l’un de ses pare-chocs. En fait, Noestheden a laissé aux visiteurs de l’exposition le soin de disposer le Cube parechoqué et les 37 autres oeuvres de l’exposition sur le parquet de la galerie. De cette manière, l’apparence de l’exposition change selon les caprices de ses visiteurs, tout comme Noestheden a choisi des formes prévisibles et familières de l’âge de la machine et les a transformées en ajoutant un facteur d’incertitude et de jeu.

additional resources Des objets pare-choqués
Duration: 1:49 min
Size: 8224kb
La création d’oeuvres d’art est un cadeau au monde
Duration: 1:43 min
Size: 8033kb
Logique floue
Duration: 2:14 min
Size: 9706kb
Son expérience et ses qualifications
Duration: 1:46 min
Size: 8509kb
Technobabil
Duration: 2:42 min
Size: 12052kb
Matière à réflexion

  • Qu’est-ce que Noestheden tente de dire en laissant le public manipuler son art? Qu’est-ce que cela pourrait vouloir dire sur la nature de ses oeuvres d’art ou de toute autre oeuvre ?
  • Quelles sont les attentes de Noestheden quant à son public? Sa participation est-elle requise pour que son oeuvre prenne vie?
  • Quel est, à votre avis, la taille du Cubeparechoqué? Est-il petit, comme un un cube Rubik, ou croyez-vous qu’il est gros? Cliquez ici pour découvrir la taille qu’il a.
  • Songez au principe du motif du rythme/ de la répétition (allez à http://picturingbooks.imaginarylands.org/palette/design/principles.html pour en apprendre davantage sur ces principes). Le rythme donne à une oeuvre une consistence interne qui rend l’oeuvre plus facile à comprendre. Autrement dit, une fois que le cerveau reconnaît le motif, que ce motif soit régulier ou varié, il peut se relaxer et apprécier l’oeuvre entière parce qu’il la comprend. Comment Noestheden utilise-t-il le principe du rhythme dans Cube parechoqué ? Que veut-il nous communiquer à propos de lui-même, ses objets, la société dans laquelle nous vivons, etc.?
Références

(anglais) Anderson, Jack. ‘Structures Look Like Machine Parts.’ Regina Leader Post, 28 août 1999.

(anglais) Noestheden, John. Réflexion de l’artiste, Exposition du Département des arts visuels Université de Regina, 1993.

(anglais) Conversation entre John Noestheden and Kate McCabe, conservatrice adjointe à la London Art Gallery, enregistrée le 22 juin 1997. La transcription de la conversation est incluse dans les remarques pour l’exposition White Paintings à la London Art Gallery , 1997.

(anglais) ‘Still Life.’ ESPACE 33, Fall 1995, p 31-34.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning