Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Puits, 1981
photograph, coloured photo, well, documentation, photo as narrative, painting with light, creative approach to photography, manipulating the photographic image, new ways to see, photograph as documentation, deconstructing and reconstructing photos, changing what you see, complexity, changing the world before you, manipulating the photographic image, light, coloured photography, landscape photography, photgraph, wooden structure, field, sky
description

Nous apprécions l’image photographique car elle peut nous parler de personnes, d’endroits et d’événements. Les magazines et les journaux se servent de photos pour mieux faire passer leurs articles. Les photographes professionnels se rendent dans des endroits exotiques pour capturer des images de personnes et d’endroits que nous ne visiterons peut-être jamais. La photo sert de document, qu’on prenne un instantané d’une réunion de famille, ou une vue aérienne de la terre à partir d’une station spatiale.

Tout du moins, c’était le cas auparavant. Le mot photographie vient de deux mots grecs et veut dire peindre avec la lumière. À mesure que les photographes apprennent à se servir efficacement du médium, certains développent leur propre style reconnaissable, comme le font les peintres. Ce n’est cependant que ces dernières décennies que des artistes comme Brian Wood se sont mis à explorer la possibilité de manipuler l’image au delà de ce qui était possible avec un appareil-photo et un objectif, ou dans la chambre noire.

Quand il crée Puits en 1981, Wood est en train de découper des photos et les reformer à sa manière. Au lieu de prendre le monde tel qu’il est, Wood explore ce qui se passe quand on le change.

La photo qu’il a créée est un objet complexe formé de blocs qui sont eux-mêmes tirés d’autres photos. Si les parties de la structure rouge orangé (peinte de la même couleur qu’une autre institution des Prairies, la coopérative locale?) et si la terre et le ciel sont des images familières, ils n’existent que dans la photo; ils n’ont, en fait, pas de contreparties dans le monde « réel ».

OuthouseLes éléments de la photo sont reconnaissables – surtout si on habite dans les Praires – mais Wood bouleverse la manière traditionnelle de prendre une photo, c’est à dire de situer le bâtiment à l’arrière-plan, entouré du ciel et de la terre. Wood préfère nous surprendre en le situant en plein devant, comme si le ciel et le paysage venaient après coup. En nommant sa photo Puits, Wood remet aussi en question notre idée de ce qu’est un puits. Au lieu d’être un trou dans le sol d’où on puise de l’eau fraîche, son puits est au-dessus du sol. Il ressemble plus à des toilettes de jardin que quelqu’un aurait construites avec le restant des matériaux dont il s’est servi pour rénover son sous-sol.

additional resources Matière à réflexion
  • En quoi la photo est-elle similaire à un collage? En quoi est-elle différente?
  • Comment la photo représente-t-elle les expériences que Wood a faites avec les films?
  • Pourquoi Wood a-t-il appelé sa photo Puits?
Références

Bashe, Regine. ‘Interview with Brian Wood.’ Exposition Brian Wood. Centre des arts Saidye Bronfman, Montréal, Québec, 1994.

Hanna, Martha. Brian Wood: Related differences=différences connexes. Musée canadien de la photographie contemporaine, Ottawa, Ontario, 1995.

Poser, Steven. Brian Wood: Photographic Works. Catalogue d’exposition. Mendel Art Gallery, Saskatoon, Saskatchewan, 1979.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning