Archivistes et gardiens

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
55
56
Portrait d’Emily Edwards
Sans titre (Bishop Hallam)
description

Les deux exemples du travail de Stewart présentés ici nous donnent une idée de l’attention au détail et du talent requis pour produire de tels portraits miniatures. Étant donné leur taille – en général, pas plus de cinq centimètres au point le plus large – on peut s’attendre à ce que ces portraits soient attachés à un collier. Mais, comme ils sont très fragiles et ont de la valeur, il est fort probable que cela n’arrivait pas souvent. En 1990, lors d’une exposition à la Mendel Art Gallery, près de 100 miniatures de Stewart sont exposées dans des vitrines en bois recouvertes de verre. Des sièges spéciaux sont mis à la disposition du public pour qu’il puisse admirer les oeuvres.

En 1931, William Hallam est ordonné archevêque de l’Église anglicane du Canada pour la ville de Saskatoon. Le portrait miniature de l’archevêque qu’a réalisé Stewart est un exemple où l’art est utilisé pour préserver l’image d’un personnage important de la communauté. L’origine de l’autre miniature, Emily Edwards, est plus difficile à identifier. Il est fort probable que la pièce était une commande d’un membre de la famille ou du mari d’Edwards. Pour les peintres de miniatures, comme pour les autres artistes, les commandes étaient une source importante de revenus. Une fois de plus, le désir de capturer l’image d’un être aimé semble être un besoin quasi-universel que les arts visuels peuvent satisfaire. Cependant, étant donné toutes les possibilités aujourd’hui disponibles pour capturer images et souvenirs, l’art de la miniature semble s’être éteint.

additional resources À propos de Hilda Stewart
Duration: 2:13 min
Size: 9925kb
Matière à réflexion
  • La peinture miniature sur ivoire ou sur tout autre médium est aujourd’hui un art qui a pratiquement disparu parce qu’on peut si facilement faire des portraits avec un appareil photo. De plus, le commerce international de l’ivoire est interdit. Selon vous, la tradition du portrait miniature vaut-elle la peine d’être sauvegardée? Justifiez votre réponse.
  • Hilda Stewart a eu la chance de naître dans une famille artistique de la classe moyenne où elle a pu exercer sa profession à une époque où les femmes tentaient d’affirmer leur droit à l’égalité. Et pourtant, elle a aussi dû surmonter des difficultés pour continuer à exercer sa profession. Est-ce le genre de personne au sujet de laquelle vous aimeriez en savoir plus?
  • On peut lire dans une publication de l’Université de la Saskatchewan datant de 1942, « Le portrait miniature exige une représentation exacte de l’aspect physique. Ses travaux révèlent un travail délicat, un regard photographique et une formation solide.» (The Sheaf Supplement, 1942) Cela demande certainement aussi une patience infinie. Selon vous, est-il possible d’être peintre de portrait miniature au 21e siècle?
  • On s’attend entre autres, à ce qu’un portrait nous donne un aperçu du caractère de la personne représentée. À votre avis, est-ce que cela est possible lorsque le portrait ne fait pas plus de cinq centimètres de large?
  • Références

    (anglais) Auteur inconnu. Manuscrit sans date dans le dossier de l’artiste, MacKenzie Art Gallery, Regina, Saskatchewan.

    (anglais) Auteur inconnu. « Hilda Stewart R.M.S.» The Sheaf Supplement, 1942.

    (anglais) Bell, Lynne. Hilda Stewart, R,M.S.: An Essay in Retrieving History. Catalogue d’exposition, Mendel Art Gallery, Saskatoon, Saskatchewan, 1990.

    (anglais) Moy, Patricia. Creative Miniatures: A complete guide to miniature painting. , East Roseville, New South Wales: Simon and Schuster, 1992.

    (anglais) Robertson, Sheila. « Miniature exhibition reflects on lost art. » Saskatoon Star Phoenix, 8 septembre 1990.

    Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning