Archivistes et gardiens

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
53
54
Infirmières de Loon Lake Union Hospital, Joyce Hueller, Kathy Montcrief
description

Les travaux photographiques de Robson appartiennent à la tradition documentaire, mais ils vont au-delà du moment auquel ils ont été pris.

Dans les deux photos présentées ici, nous voyons deux infirmières dans des poses très similaires. Les deux sont debout près d’un lit vide regardant directement l’appareil photo. L’une a la main posée sur le lit tandis que l’autre s’appuie sur le lit, ses deux mains posées derrière elle. Ni l’une ni l’autre ne sourit comme on pourrait s’y attendre dans un portrait traditionnel ou dans un message publicitaire vantant les joies du métier d’infirmière. Elles prennent plutôt une pause pendant leur travail alors que la photographe saisit leur image sur pellicule. Robson nous invite à combler les détails sur ce que peut être ce travail à partir de ce que nous savons du métier d’infirmière.

Robson nous renseigne aussi sur les qualités de ces deux infirmières et sur leur travail dans un petit hôpital. Les deux femmes ont l’air professionnelles dans leur uniforme sans être trop formelles pour autant. Elles peuvent avoir à faire face à des urgences et des situations critiques pendant leur journée de travail, mais elles donnent l’impression qu’elles sont très capables de relever ces défis. Les lits sont faits avec soin et on ne voit aucun désordre autour d’elles. Robson nous donne un aperçu de la vie active de femmes organisées et capables.

Ces deux images sont tirées d’une série de dix portraits que Robson a pris à l’hôpital. Dans ses notes pour l’exposition Making Spaces à la Mendel Art Gallery, en 1988, Robson a écrit: «Les infirmières, en uniforme, sont debout près d’un lit vide; elles regardent toutes directement l’appareil en pensant, comme je leur ai demandé, à un patient avec qui elles ont travaillé ce jour-là pour essayer d’établir un lien avec la raison pour laquelle elles ont choisi ce métier. La raison de la série devient donc de percevoir la personne privée dans l’uniforme public, et aussi d’une certaine façon, de s’accepter soi-même, d’accepter l’épreuve, et de manière oblique, d’établir le contraste en les qualités d’un hôpital en milieu urbain et celles d’un hôpital d’une petite communauté.» (Robson, 1988)

additional resources À la recherche de l’identité
Duration: 1:25 min
Size: 6525kb
La juxtaposition des cercles de femmes
Duration: 1:18 min
Size: 5527kb
L’identité Comment elle s’est intéressée à la photographie – à faire des photos de groupe
Duration: 1:59 min
Size: 8816kb
Pourquoi elle a commencé à prendre des photos de groupes de femmes
Duration: 2:14 min
Size: 9840kb
Saskatoon Quilt Guild- Saskatoon, Saskatchewan, 1987
Duration: 2:24 min
Size: 10603kb
Matière à réflexion
  • La photographie documentaire tente de capturer ou de documenter un événement ou un moment particulier. Elle essaie de rendre une vérité objective. Selon vous, est-ce que c’est ce que Robson tente de faire dans ces photos d’infirmière? Sinon, qu’essaye-t-elle de rendre?
  • Des photos candides ne sont ni posées, ni planifiées; c’est le type de photos qui alimentent le moulin des célébrités. En quoi les photos de Robson diffèrent-elles des prises candides?
  • Pensez aux membres de votre famille et à vos amis. Quelles questions leur poseriez-vous avant de prendre leur photo – pensez à ce que Robson a demandé aux infirmières qui sont dans ces portraits. Pourquoi choisiriez-vous ces questions?
  • Souvent, on imagine un portrait comme une image de la tête et des épaules d’une personne. Robson choisit de montrer la partie supérieure du corps de ses sujets. Selon vous, est-ce un choix délibéré de sa part? Si oui, pourquoi aurait-elle fait ce choix?
  • Robson déclare que, dans ces photos, elle a essayé d’aller au-delà de l’uniforme pour rejoindre la personne privée. Y a-t-elle réussi? Pensez à une personne de votre connaissance qui porte un uniforme au travail. Que feriez-vous pour photographier la personne que vous connaissez dans son uniforme? Quelle question lui poseriez-vous?
  • Références

    (anglais) Auteur inconnu. « Frances Robson » Tiré du catalogue d’exposition pour Saskatchewan Portraits. Saskatchewan Arts Board. Disponible en ligne à : http://www.artsboard.sk.ca/showcase/showcase_v_portraits_09.shtml.

    (anglais) Auteur inconnu. Frances Robson. Catalogue d’exposition, Mendel Art Gallery, Saskatoon, Saskatchewan, 1991.

    (anglais) Harvey-Rioux, Linda. « Photographs focus on the natural warmth of women.» Regina Leader-Post, 5 mars 1987.

    (anglais) Robson, Frances. Making Spaces. Catalogue d’exposition. Mendel Art Gallery, Saskatoon, Saskatchewan, 1988.

    (anglais) Robertson, Sheila. « Refreshing encounter with large, lush images.» Saskatoon Star Phoenix, 23 septembre 1995.

    Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning