Le Pop art

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
130
131
Lundi après-midi et À l’étage inférieur
description

Les oeuvres de William Laing intitulées Monday Afternoon (Lundi après-midi) et Downstairs (À l’étage inférieur) poussent l’une des caractéristiques du pop art à son extrême : l’usage de l’ordinaire. Il n’y a rien de plus ordinaire, de plus commun, qu’un cintre; toutefois l’usage que fait Laing de cet objet pratique lui injecte de la poésie, de la beauté, et un sens.

Laing a transformé un vulgaire cintre en une icône, une chose ou une personne représentative de quelque chose d’autre. Dans ces deux œuvres, les cintres sont traités graphiquement, c’est-à-dire que leurs formes et textures sont simplifiées. Parce que ces objets sont familiers, ils en sont venus à représenter les endroits usuels où on les trouve, leur contexte, bien que les endroits et les contextes n’apparaissent pas dans les oeuvres elles-mêmes. Ces endroits, ce sont des maisons, des placards, des laveries, mais également des vêtements, qui à leur tour suggèrent le domestique, la routine, le travail quotidien et la mode.

Ces images en apparence simples sont en fait assez complexes, et peuvent être lues de plusieurs manières. Si on regarde les cintres sous l’angle de la mode et des vêtements, on peut en déduire qu’ils représentent un vide. Dans Downstairs (À l’étage inférieur) en particulier où l’on voit plusieurs cintres, sans vêtements, on semble suggérer que le vêtement ne vaut pas la peine d’être accroché ou qu’il n’y a pas de vêtement à accrocher. Sous un autre angle, toutefois, ils impliquent l’absence de l’être humain dans le travail. Les cintres ne sont plus dans un contexte domestique, étant plutôt dépeints dans une sorte de non-espace, car la machinerie a consommé le rituel quotidien du lavage et de l’étendage des vêtements. Cela est particulièrement suggéré par le tableau Monday Afternoon (Lundi après-midi), où l’on voit la corde à linge où est suspendu le cintre.

additional resources Matière à réflexion
  • Laing aurait-il pu choisir d’autres articles domestiques que des cintres? Comment ces choix auraient-ils pu modifier le sens de son oeuvre?
  • Connaissez-vous une culture où les gens ne sauraient pas ce que c’est qu’un cintre? Pouvez-vous en imaginer une? Comment ces gens interprèteraient-ils ces images ? À votre avis, quel usage attribueraient-ils au cintre? Basez vos réponses sur les oeuvres Monday Afternoon (Lundi après-midi) et Downstairs (À l’étage inférieur), ainsi que sur les caractéristiques particulières des cintres représentés.
Références

(anglais) Auteur inconnu. William Laing, RCA. Article sur l’artiste. Herrigner Kiss Gallery, sans date. Trouvé sur Internet le 5 mars 2009 dans: http://www.herringerkissgallery.com/artists/laing/laing.html

(anglais) Auteur inconnu.  ‘William Laing: A Journey.’  News release.  Emily Carr Institute of Art & Design and Charles H. Scott Gallery, Vancouver, Colombie-Britannique, 1998.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning