Isolement et paysage

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
121
122
Horizon Perdu et Au loin
landscape,oil on paper, painting, prairie landscape, impressionist, colour, texture, horizon line, sky, space,atmospheric, weather, vastness, rural community, formalist, clouds , prairie landscape, sky, field, impressionist landscape, horizons, space, land, oil painting on paper, clouds, prairie sky,
description

Terry Fenton nous a donné deux paysages de la Prairie, Lost Horizon et Beyond, des œuvres figuratives mais qui ne sont pas dans la tradition du photoréalisme (où l’artiste peint un objet de manière tellement réaliste qu’on dirait une photo de l’objet). Ces œuvres nous donnent l’impression du paysage – et d’un certain côté, on pourrait parler d’œuvres impressionnistes – dans lesquelles l’artiste fait un emploi spécial de la couleur et de la texture pour rendre ce que veut dire être dans un paysage de la Prairie. Vous remarquerez que, si les paysages de Fenton sont très différents de ceux d'Art McKay qu’on trouve dans ARTSask sous le thème Isolement et paysage , ils ont en commun un horizon très bas où le ciel occupe au moins 75% du tableau.

C’est ce ciel si vaste et si vide qui rapproche les œuvres de Fenton de celle de McKay intitulée Southern Landscape (représentée ici) et pourtant elles semblent plus reposer sur une impressiont. En employant en même temps des couleurs vives et sourdes, Fenton a capturé ce qui est à la fois attirant et  toujours changeant dans le paysage de la Praire. De plus, on y voit peu de bâtiments, et ils sont très petits. Cela suggèrerait qu’il considère que l’homme et les grandes maisons et fermes qu’il a construites, est minuscule en comparaison au ciel si vaste et si dominant de la Prairie. 

En Saskatchewan, nous tendons à nous définir par notre ciel. Notre devise provinciale en est le meilleur exemple. Mais ce sont ce même ciel et cet horizon qui ne cesse de reculer, ce que le romancier W. O. Mitchell a décrit comme étant « … le plus petit commun dénominateur de la terre et du ciel », qui nous rendent impuissants et insignifiants. Pour certains, c’est peut-être effrayant, mais pour d’autres, c’est réconfortant. Dans les deux cas, les tableaux de Fenton nous rappellent que, même si nous formons des collectivités et des villes, nous sommes aussi très seuls dans cet espace et cette terre immenses. 

additional resources Matière à réflexion
  • Pourquoi l'horizon est-il si bas dans l'image? Autrement dit, pourquoi accorde-t-on tant d'importance au ciel dans cette oeuvre?
  • Comment qualifieriez-vous les ciels de la Saskatchewan? Quelques-unes de ces caractéristiques s'opposent-elles?
  • Comment les ciels de ces peintures diffèrent-ils les uns des autres? Éprouvez-v