Isolement et paysage

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Sans titre n° 21
landscape, hill, brush, trees, pond,assemblage, fragile, encased, miniature, mixed media, model, maquette, environment, preservation, contoured, assemblage, landscape,glass case
description

Dans son Untitled # 21 (Sans titre n° 21), un paysage réduit, d'aspect fragile, est présenté sous verre: il s'agit d'une représentation d'un paysage artificiel enfermé sous une vitrine de verre. On peut regarder une telle nature, mais on ne peut y toucher. Parfois, nous mettons des objets derrière des vitrines de verre pour leur protection, parfois, nous les scellons pour nous protéger d'elles.

Le paysage de Walker est artificiel-- ce n'est pas un paysage fait de choses vivantes. Cela peut vouloir dire que le verre est là pour nous protéger, puisque le paysage ici ne peut être «tué». En même temps, le paysage est réduit et fragile, et nous pourrions facilement l'endommager, bien qu'il ne soit pas composé de choses vivantes. Ce que Walker veut peut-être suggérer, c'est que nous avons une relation ambiguë avec la terre: nous voulons l'admirer pour sa beauté, mais en nous approchant trop, nous pourions la changer, voire l'endommager.

Cette oeuvre utilise une technique que d'autres artistes ont utilisée différemment: en prenant une chose familière -- un paysage-- et, en en réduisant l'échelle, Walker le rend étranger. La critique d'art Michèle Thériault dit que les vitrines et les piédestaux de Walker « … semblent appréciés pour leur ‘passéisme’, bien qu’il ne s’agisse pas d’un passé qui souhaite être recherché par nostalgie, mais d’un passé qui évoque un sentiment de distance et qui affecte notre sens du lieu ou notre impression de dislocation dans le monde actuel… Aucun contexte plus plus vaste ne peut les englober ou les rationnaliser. Ces œuvres donnent une impression très exquise d’irrésolu. » (Thériault, 1992)

En changeant notre relation à la taille du paysage, en le créant avec des matériaux artificiels pour nous le présenter comme une pièce de musée, Walker suggère que nous jetions un regard neuf sur notre relation avec l'environnement et la nature.

additional resources Matière à réflexion
  • Walker change notre perspective de la terre en prenant quelque chose qui nous dépasse et en le réduisant. Pensez à quelque chose que vous pourriez réduire. Qu'est-ce que son nouveau format pourrait nous dire sur notre relation à cet objet?
  • Un artiste nommé Claes Oldenberg a fabriqué des versions très agrandies de très petits objets. Faites des recherches sur le travail de Claes Oldenberg; comment son travail d'agrandissement des objets est-il différent de la miniaturisation des objets de Walker? Vous pouvez vous servir des sites Web suivants pour commencer votre recherche:
Références

(anglais) Campbell, Nancy. ‘Douglas Walker, S.L. Simpson Gallery.’ C Magazine, #24, Hiver, 1990.

(anglais) Cooper, Dennis. ‘Douglas Walker, 49th Parallel.’ Artforum, janvier 1989.

(anglais) Dault, Gary Michael. ‘Bunkers for Boys: Douglas Walker.’ C Magazine, Summer, 1986. Trouvé sur Internet le 20 mars 2009 dans : http://ccca.finearts.yorku.ca/c/writing/d/dault/dau024t.html

(anglais) Grenville, Bruce. ‘Douglas Walker, S. L. Simpson Gallery.’ Vanguard, Septembre/Octobre, 1987. Trouvé sur Internet le 20 mars 2009 dans : http://www.douglaswalker.ca/press/grnvl.vng.87.pdf

(anglais) Mays, John Bentley. ‘Doug Walker: New Works at YYZ.’ The Globe and Mail, 6 juin 1985.

(anglais) Sankey, Gretchen. ‘Thoughts on the paintings of Doug Walker.’ Lola, Été, 1999.

(anglais) Thériault, Michèle. ‘Perspective 90.’ Cité dans Douglas Walker: A Future in Ruins.  Catalogue d’exposition, Mendel Art Gallery, Saskatoon, Saskatchewan, 1992.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning