Espaces intérieurs

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
223
224
225
Quatorze anneaux
sculpture, found objects, constructed object, inventive, evocative, mysterious, three-dimensional, box-forms, presence, Baroque influence, viewer participation, curiosity boxes, European travels,architectural, pilgrimage sites, memory, Founding member of CARFAC,transformation,mixed media, culture, place, history , sculpture,wood, box, found material, window
description

Tony Urquhart commence sa carrière comme peintre, mais il ressent le besoin de prolonger le temps que le spectateur passe à regarder une œuvre d’art. En 1963 et 1964, il voyage en France et en Espagne et Urquhart décrit ce qu’il y découvre : « Je voulais une plus grande présence dans mes travaux bidimensionnels et cette année-là j’ai vu beaucoup de travaux tridimensionnels, dont la plupart n’était pas de ‘l’art’. Malgré tout, ils avaient cette présence indéfinissable que je recherchais. Des choses comme les épouvantails en Espagne et les bascules modèle route en France ont suscité chez moi un émoi que de nombreuses œuvres dans des galeries traditionnelles ne provoquaient plus. J’ai beaucoup lu et réfléchi cette année-là. Le résultat, c’est que je suis rentré comme ‘fabricant de choses’. » (cité dans Murray, 1987)

En 1956, Urquhart commence à faire des peintures sur des boîtes, ce qui exige que le spectateur en fasse le tour pour voir toute l’oeuvre. Il s’agit de cubes minuscules de six pouces de haut qui ne s’ouvraient pas et qui sont recouverts de paysages sur toutes les faces. En 1967, certains atteignent six pieds de haut et sont essentiellement des peintures tridimensionnelles.  

« En 1967, je suis retourné en Europe, » écrit Urquhart. « Après cette visite, j’ai commence à ajouter à mes boîtes des choses comme des retables qui s’ouvrent, des cathédrales baroques et des vierges ouvrantes (de merveilleuses petites sculptures à charnières). Cela a abouti à des sculptures de boîtes qui s’ouvrent. » (Murray, 1987)

Ces sculptures d’Urquhart exige non seulement l’attention, mais la participation du spectateur. À l’inverse des œuvres d’art traditionnelles, les boîtes sont conçues pour être manipulées – avec soin – par les visiteurs. Surtout fabriquées en bois, et utilisant une sélection de matériaux récupérés qui évoquent des souvenirs ou des sentiments issus du passé, ou produisent une réaction chez le spectateur, les boîtes sont munies de portes et de fenêtres à charnière qui donnent accès à l’intérieur. Elles sont aussi peintes de couleurs vives à l’extérieur.

Qui peut résister à l’envie de voir ce qu’il y a à l’intérieur d’une boîte? Avec ses boîtes qui s’ouvrent, Urquhart exploite la curiosité naturelle des gens. Dans Quatorze anneaux, provenant de la collection de la MacKenzie Art Gallery, Urquhart nous présente une boîte au titre intrigant. Que sont ces 14 anneaux? Où se trouvent-ils et que signifient-ils? Que se passe-t-il si vous les touchez?

Plus important encore, Urquhart nous rappelle qu’explorer les mystères de l’intérieur peut être plus satisfaisant qu’admirer des extérieurs familiers et prévisibles. En nous faisant penser à ce qu’il y a à l’intérieur de la boîte, il nous encourage à penser en dehors des sentiers battus.

additional resources Matière à réflexion
  • Avec ses boîtes qui s’ouvrent, Urquhart souhaite voir le spectateur se laisser entraîner par l’œuvre d’art qu’il crée. Quelle est votre réaction lorsque vous voyez Quatorze anneaux? Pourquoi?
  • En ajoutant des objets d’«art récupéré» - des morceaux de céramique, de plastique ou autre – à ses boîtes peintes, Urquhart va au-delà du tridimensionnel pour en arriver au multidimensionnel. Quels objets se trouvant dans Quatorze anneaux évoquent pour vous des souvenirs? Pourquoi?
  • Urquhart a déclaré qu’on peut mettre ces boîtes n’importe où: sur un palier, dans un couloir ou à côté d’un bureau de réception. En d’autres mots, ses oeuvres n’ont pas besoin d’être exposées dans une galerie. Que pensez-vous de cette idée?
Références

(anglais) Auteur inconnu.  ‘Urquhart.’  Canadian Art, Janvier/février 1961.

Auteur inconnu.  ‘Tony Urquhart.’  Centre de l’art contemporain canadien. Extrait d’Internet le 16 avril 2008 à : http://www.ccca.ca/artists/artist_info.html?link_id=270&languagePref=fr&

(anglais) Murray, Joan.  The Best Contemporary Canadian Art. Edmonton, Alberta: Hurtig Publishers, 1987.

(anglais) Newlands, Anne.  Canadian Art from its Beginnings to 2000. Willowdale, Ontario: Firefly Books, 2000.

(anglais) Reid, Robert.  ‘Tony’s boxes are popping up.’  Kitchener-Waterloo Record, 14 novembre 2007.  Extrait d’Internet le 16 avril 2008 à : http://news.therecord.com/arts/article/269311

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning