Espaces intérieurs

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Intérieur avec tapis marocain
description

Dans cette toile tirée de la collection de la MacKenzie Art Gallery, Intérieur avec tapis marocain, Bobak nous présente une pièce hybride – une nature morte avec des fleurs entourée d’une explosion de couleurs expressionnistes. Bobak, qui se sert ici de peintures à l’huile au lieu d’aquarelles, place au centre du tableau un vase brun foncé rempli de fleurs bleu vif. Le vase est posé sur une table de verre qui nous permet de voir le tapis marocain qui se trouve au-dessous. Des meubles, une lampe, des rideaux et une fenêtre viennent compléter cette scène colorée.

Bien qu’il n’y ait personne dans la pièce, l’espace vibre d’une énergie prête à exploser.  Quelque chose dans la façon dont les objets sont arrangés dans la pièce a peut-être attirer son regard, comme Bobak le suggère dans sa déclaration d’artiste dans The Best Contemporary Canadian Art: « Je me suis toujours intéressée au mouvement informel – fleurs sauvages se balançant au gré du vent, défilés, manifestations, foule dans la rue, foule n’importe où; pourvu que cela se transforme en espace à peindre dans ma tête. Les sujets qui me motivent le plus ont une certaine animation impersonnelle, comme si, tout comme les fleurs, nous ondulons au hasard. Je vois ces liens tout à fait par hasard. » (Murray, 1987)

Dans Intérieur avec tapis marocain, Bobak nous présente non pas une collection d’objets placés dans un espace intérieur, mais une série de formes organiques reconnaissables comme objets, où une forme se fond naturellement en une autre forme.

additional resources Matière à réflexion
  • Bobak déclare qu’elle est le plus motivée par des sujets dotés d’une certaine animation. Selon vous, quels éléments de Intérieur avec tapis marocain illustrent ceci?
  • L’oeuvre de Bobak, Sans titre (manifestation étudiante), présentée sous le thème Artiste et activiste sur le site Web d’ARTSask montre une foule défilant au cours d’une manifestation. Pourtant la photo ne transmet pas le sentiment de vie que contient Intérieur avec tapis marocain. Pensez-vous qu’il s’agisse d’un choix délibéré de la part de Bobak? Pourquoi les deux photos sont-elles si différentes dans les sentiments qu’elles transmettent? Comment  Bobak arrive-t-elle à susciter deux sentiments très différents chez le spectateur?
  • Bobak dit qu’elle s’intéresse au mouvement qui devient dans sa tête «un espace à peindre ». À votre avis, que veut-elle dire par là? Existe-t-il dans votre tête un espace où vous entreposez vos pensées ou vos idées que, plus tard, vous transformez en dessins, écrits ou autres expressions créatives?
Références

(anglais) Brandon, Laura. Art or memorial? The Forgotten History of Canada’s War Art. University of Calgary Press, Calgary, 2006.

(anglais) Foss, Brian. « Molly Lamb Bobak: Art and War,» dans Molly Lamb Bobak: A Retrospective, Catalogue d’exposition, MacKenzie Art Gallery, Regina, 1993.

(anglais) Gillis, Raina-Clair.  "Artistic Impressions of War."  Canadian Military Journal, automne 2005.

(anglais) Lamb-Bobak, Molly.  Double Duty: Sketches and Diaries of Molly Lamb Bobak, Canadian War Artist.  Dundurn Press, Toronto, 1992.

Bibliothèque et Archives Canada. " Molly Lamb Bobak."  Artistes de guerre canadiens.  Extrait d’Internet le 9 avril 2008.

Lumsden, Gordon.  " Bobak, Molly Joan."  L’Encyclopédie canadienne.  Extrait d’Internet le 9 avril 2008 à : http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=F1ARTF0000846

(anglais) Molly Lamb Bobak.  Wild Flowers of Canada.  Toronto, Ontario: Pagurian Press Limited, 1978.

(anglais) Morse, Jennifer.  ‘Molly Lamb Bobak.’  La Revue Légion, Janvier/février 1996.  Extrait d’Internet le 9 avril 2008 à : http://www,legionmagazine.com/features/warart/96-01.asp

(anglais) Murray, Joan. The Best Contemporary Canadian Art.  Edmonton, Alberta: Hurtig Publishers, 1987.

(anglais) Tippett, Maria.  By A Lady: Celebrating Three Centuries of Art by Canadian Women.  Toronto, Ontario: Viking Press, 1992.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning