Humour

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Oh non!
woodcut, black and white, humourous, cowboy, rural life, coyotes, horse, animation, playful, illustration, sense of play, child-like imagery, spontaneous,text, folk-art influence, country music, satirical, horror-vacui,visual texture, pattern, Woodcut, cowboy, horse, guitar, coyote, campfire
description

Dans la gravure sur bois Oh No, on voit un cowboy, entouré d’animaux, qui est en train de jouer de la guitare auprès d’un feu de bois. Les coyotes hurlent dans le lointain et le cowboy chante. Le cheval ne semble guère apprécier le chant, car la bulle qui se trouve au-dessus dit « Oh, non, ça suffit! ». Yuristy s’amuse à donner aux animaux des caractéristiques humaines.

Russell Yuristy trouve très amusant le sujet de Oh No!. Il emploie un style d’image naïf, presqu’enfantin, auquel il allie son sens de l’humour pour produire une œuvre techniquement astucieuse et visiblement plaisante. En promenant son regard sur la gravure, on voit de la fumée et de la vapeur se transformer en cœurs, une femme « oiseau de nuit » bien roulée au loin, un lapin ébahi qui regarde le spectacle, le ciel nocture et les nombreux « petits chiens » ou bestiaux dans le campement qui ne font pas attention au divertissement de leur gardien. Son inspiration lui vient d’expériences qu’il a vécues, que ce soit la nature, les animaux ou la culture populaire (musique country et cowboys), ainsi que de son appréciation du monde qui l’entoure.

Yuristy a aussi été influencé par le mouvement du Funk Art qui apparaît sur la côte Ouest des Etats-Unis dans les années 1960 et 1970, en réaction à l’expressionisme abstrait, mouvement artistique très populaire à l’époque. Les artistes funk voulaient que leurs œuvres soient plus réalistes et traduisent un sentiment de responsabilité sociale. En Saskatchewan, des artistes qui s’inspirent de leur environnement et de leur expérience, comme Vic Cicansky, Joe Fafard et David Thauberger, souscrivent très rapidement à ce style et l’adaptent.

Pour réaliser une gravure, l’artiste commence par creuser directement dans un bloc de bois lisse. Tout ce qui reste en blanc sur la gravure est enlevé pour que seules restent les surfaces à encrer. Les lignes et les directions que l’artiste choisit sont des facteurs importants pour le résultat final. Pour imprimer la gravure, il applique ensuite une fine couche d’encre sur le dessin en relief et presse une feuille de papier contre le bois. Il frotte fermement le papier avec ses mains ou avec un frotton pour que l’encre soit transférée. La gravure qui en résulte est en noir et blanc avec de nombreux détails et motifs texturaux.

additional resources Interview with Timothy Long - L’art Funk et le mouvement Regina Clay
Duration: 3:35 min
Size: 15193kb
Matière à réflexion
  • Selon vous, l’artiste apprécie-t-il la musique country ou bien lui déplaît-elle? S’amuse-t-il avec la musique country en tant que genre? S’agit-il d’une scène de cowboy typique ou d’une image stéréotype d’un cowboy? Discutez des stéréotypes d’artistes. Écoutez des entrevues avec l’artiste pour vérifier si les stéréotypes sont réalistes.
  • À votre avis, qui sont les « Night birds »(oiseaux de nuit)? Est-ce que cela a quelque chose à voir avec l’amour? Que se passe-t-il d’autre dans cette gravure? Qu’est-ce qui la rend drôle?
  • Selon vous, Russell Yuristy a-t-il d’abord dessiné l’image pour la transférer ensuite à l’envers sur son bloc ou l’a-t-il gravée directement dans le bloc? Retournez l’image de la gravure et regardez-la à la lumière. Qu’en pensez-vous?
  • Que signifie horror vacui? Est-ce apparent dans son œuvre ?
Références

(anglais) Krueger, Julia. ‘Russell Yuristy.’ Encyclopedia of Saskatchewan. Capté d’Internet : http://esask.uregina.ca/entry/yuristy_russell_1936-.html

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning