Humour

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Touche pas à mes gènes
description

Dans la tradition des Surréalistes (Surrealists) et des Dadaistes (Dadaists), Morgan Wood a transformé un objet trouvé. Sa sculpture Hands Off My Genes n’est pas sans rappeler Objet : Le déjeuner en fourrure ( une tasse, une soucoupe et une cuillère recouvertes de fourrure) créé par Méret Oppenheim ou l’urinoir de Marcel Duchamp, intitulé Fontaine et signé R. Mutt.

La partie principale de la sculpture de Wood est un blue jean qu’elle a trouvé et qu’elle a rembourré pour que cela rappelle les jambes et le ventre d’une femme. Ce qui frappe le spectateur, c’est la juxtaposition des piquants de porc-épic et du vêtement populaire et le fait que le pantalon est pendu par une corde en nylon transparent au niveau des yeux dans un musée. De prime abord, la scupture est amusante et peut faire rire mais, toute réflexion faite, les piquants ont l’air menaçants. Ils engendrent la peur ou l’appréhension car si on frotte un porc-épic apeuré, on risque de se faire très mal.

En raison de ses racines et de sa culture autochtones, Wood a été influencée par l’art et les matériaux traditionnels. Les piquants de porc-épic assouplis et teints étaient tissés dans du cuir ou de l’écorce de bouleau. Ils servaient à décorer toutes sortes d’objets : chemises de guerre, sacs de guérisseur, moccasins et paniers. Éventuellement, ils furent remplacés par les perles plus faciles à manier et à préserver.

Le titre Hands Off My Genes est un jeu de mots en anglais (gènes/jeans). Si Wood nous présente un jean bleu repoussant, le titre de l’œuvre fait penser aux « gènes », unités élémentaires de l’hérédité transmises d’une génération à l’autre. Selon l’artiste, elle a créé cette œuvre par réaction à un documentaire de la CBC dans lequel on discutait du clonage des gènes d’Autochtones et de leur vente au marché noir. Cela lui a rappelé le sentiment d’impuissance que ses grands-parents avaient ressenti quand ils avaient perdu leurs terres. Cette œuvre était pour elle un moyen d’exprimer sa colère.

 

additional resources Matière à réflexion
  • Cette sculpture en jean rembourré est très drôle car le jean est transpercé de piquants de porc-épic. Ils sont menaçants et découragent le contact. Chez le porc-épic, quel rôle jouent les piquants? Selon vous, comment s’est-elle procuré les piquants dont elle se sert dans sa sculpture?

  • Effectuez une recherche sur les formes et pratiques artistiques autochtones dans lesquelles on se sert de piquants. Vous pouvez commencer par consulter le site http://www.nativetech.org/quill/index.php

  • Dans cette sculpture de techniques mixtes, Wood se sert d’un matériau emprunté à une forme traditionnelle d’art autochtone et l’allie à un vêtement contemporain. Selon vous, pourquoi fait-elle cette juxtaposition? Comparez cette oeuvre à celle d’Edward Poitras, Day Break Sentinel que vous trouverez dans la galerie ArtSask sous la rubrique Identité.

  • Effectuez une recherche sur l’hérédité. Y a-t-il quelque chose de vos parents et grands-parents dans votre apparence et vos intérêts? Vous pouvez commencer par consulter un site qui fournit une explication simple, tel http://www.genetics.gsk.com/kids/heredity01.htm puis tenter de trouver des réponses à des questions plus complexes sur http://genetics.gsk.com/overview.htm.

  • Dans quelle mesure notre personnalité est-elle déterminée par l’hérédité et par notre environnement?

  • Effectuez une recherche pour en savoir plus sur la recherche biomédicale et les conséquences sociales, éthiques et juridiques qu’entraînent les tests effectués sur des groupes au nom de la recherche médicale.

  • De nombreuses compagnies pharmaceutiques et de recherche brevètent divers gènes qu’ils découvrent. Selon vous, qui est propriétaire des gènes qu’on trouve dans le sang? Quels sont nos droits à cet égard?

  • À votre avis, cette œuvre d’art est-elle un commentaire sur la sexualité, le mariage exogame et l’acculturation? Morgan Wood pense-t-elle à la perte des pratiques culturelles à cause des mariages exogames?

  • Un archétype est une idée subconsciente qui est reliée à notre culture. Pouvez-vous identifier une chose que vous aimez de façon intrinsèque dans votre culture? Par exemple, parce que vous habitez dans les Prairies, il se peut que vous appréciez les grands espaces et que vous vous sentiez claustrophobe dans les montagnes ou, peut-être le fait de chanter, danser ou de broder est presque aussi intrinsèque à votre personnalité que respirer.

  • Pourquoi les jeans sont-ils si populaires dans notre culture? D’où viennent les jeans et le tissu d’origine? Pour en savoir plus, visitez le site http://science.enotes.com/science-fact-finder/general-science-technology/what-origin-blue-jeans

  • Faites des recherches sur les artistes canadiens du Groupe des 7 (The Group of Seven)? Quels artistes Wood pourrait-elle inclure dans son livre The Other Group of Seven (L’autre groupe des sept)

  • à votre avis, quel message Wood essaie-t-elle de communiquer ici? Pourquoi décourage-t-elle le contact (par le biais des piquants de porc-épic)? Cela aurait-il rapport à la sexualité et à l’amour?
Références

(anglais) Allward, Mary. ‘Victoria Callihou.’ Suite101.com, 23 juin 2001. Capté d’Internet le 14 août 2008 : http://www.suite101.com/article.cfm/canadian_tourism/34795

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning