Humour

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Stratégies de survie
description

Carel Moiseiwitsch a trouvé son inspiration pour Strategies (For Survival) dans la presse féminine populaire dont elle a emprunté la mise en page. Mais elle présente ces médias conventionnels sous un angle satirique pour attirer l’attention sur le sort de nombreuses femmes artistes.

Contrairement aux couvertures de nombre de magazines pour femmes qui montrent des photos très retouchées de femmes éblouissantes dans des poses soumises, ce que Moiseiwitsch présente est très différent. Ses dessins caricaturaux en noir et blanc n’essaient pas de montrer une beauté conventionnelle. Dans son dessin, la femme a les traits déformés et son langage corporel et son expression sont agressifs. Sa tenue anticonformiste, sa coiffure et sa parure sont conformes à ce qu’on peut attendre de l’image d’une artiste contemporaine.

Les magazines portent des noms comme Glamour ou Vogue et leurs polices sont conçues avec soin pour entraîner la lectrice à apprendre les stratégies qui leur permettront de trouver beauté, popularité ou succès. Le titre du magazine fictif de Moiseiwitsch, Strategies (For Survival) va à l’essentiel et la couverture avec ses rubriques manuscrites n’a pas le tape-à-l’œil des revues traditionnelles. C’est un magazine qui pourrait servir de référence à n’importe quelle artiste désireuse d’apprendre des stratégies. Dans cette œuvre, Moiseiwitsch exprime certaines des frustrations qu’éprouvent les artistes et attire l’attention sur leurs préoccupations.

Ce qui devient clair lorsqu’on lit les sujets traités dans ce magazine, c’est que les «  stratégies de survie » ont rapport aux problèmes auxquels sont confrontées les femmes artistes dans un domaine très compétitif et souvent à prédominance masculine. Les articles ont des titres satiriques : ‘Artists Share Their Wild Wild Fantasies About Success’ (Des artistes parlent de leurs fantasmes les plus inavouables sur le succès), ‘RIPOFF: A Revealing Story About Galleries’ (Escroquerie : révélations sur les galeries d’art), et ‘European Topiary and Other Things You Should Know About Getting a Canada Council Grant.’ (L’art du topiaire européen et tout ce que vous devriez savoir pour obtenir une subvention du Conseil des arts du Canada). Moiseiwitsch fait aussi allusion au fait de bon nombre d’artistes, en majorité desfemmes, vivent sur le seuil de la pauvreté dans le titre ‘Welfare Do’s And Don’ts ’ (le chômage : choses à faire et ne pas faire).

Moiseiwitsch exprime sa colère avec humour, comme en témoignent des titres comme ‘Art Affair, Will She Leave Art Or Will Art Leave Her (A Strip)’ (L’art : va-t-il la laisser tomber ou va-t-elle le faire) ou ‘Can He Cook? Women Artists talk About Success and Men.’ (Sait-il faire la cuisine? Des femmes artistes parlent de la réussite et des hommes). Elle fait référence, sans vraiment les diffamer, à deux artistes contemporains qui ont réussi quand elle intitule ses articles

" Excerpt from Art-star’ Andy Whatnot’s New Blockbuster Novel‘ (extrait du nouveau roman à succès de la vedette de l’art Andy Machin) qui fait référence à Andy Warhol et ‘How To Make Cute Landscapes and Become A Millionaire’ (Comment devenir millionnaire en faisant de mignons paysages) qui fait référence à Toni Onley, qu’on retrouve dans ARTSask sous le thème Terre, science et art.

Pour finir, elle se pose même peut-être des questions sur son choix de carrière car un des articles s’intitule ‘Should You Be An Artist? (A Quiz).’ (Jeu-questionnaire : Êtes-vous faite pour être artiste?).

additional resources Matière à réflexion
  • Moiseiwitsch se sert d’une couverture de revue tape-à-l’œil comme point de départ à cette critique pince-sans-rire et crue. La couverture qu’elle a créée est-elle tape-à-l’oeil? Justifiez votre réponse. À votre vis, qu’est qu’être une femme artiste signifie pour elle ? Pensez-vous qu’elle soit féministe? Se sert-elle du sarcasme et de l’ironie?
  • Elle se sert d’encre noire et de papier blanc pour créer un puissant contraste. Selon vous, pourquoi n’y ajoute-t-elle pas de couleur? Dans sa ligne et sa présentation, qu’est-ce qui suggère l’angoisse?
  • Moiseiwitsch présente-t-elle une idée stéréotype de ce qu’est un artiste? Comment décririez-vous l’artiste qu’elle présente sur sa couverture? Selon vous, était-elle en colère, en général, au sujet des politiques et des réalités qui vont de pair avec le fait d’être artiste? Traditionnellement, l’histoire de l’art a largement et systématiquement exclus les femmes. À votre avis, est-ce plus facile d’être une femme artiste de nos jours? De quoi a-t-on besoin pour réussir en tant qu’artiste?
  • Selon vous, pourquoi Moiseiwitsch écrit-elle « Rip Off - A revealing story about Galleries » (Arnaque – Une histoire révélatrice sur les galeries d’art)? Effectuez une recherche sur la façon dont fonctionne une galerie. Dans les galeries commerciales, en général, quel est le pourcentage du prix de vente de l’œuvre que l’artiste reçoit? En quoi consiste les honoraires d’artiste et pourquoi un artiste reçoit-il ces honoraires? Consultez Canadian Artists Representation à http://www.carfac.sk.ca.
  • Les légendes qui se trouvent de chaque côté de « l’image de l’artiste » sont rédigées dans un style différent de celui des autres légendes et semblent de nature plus personnelle. Selon vous, remet-elle en question sa propre pratique? Comment utilise-t-elle la symétrie dans son oeuvre?
  • Effectuez une recherche sur la vie et l’œuvre d’Andy Warhol. À votre avis, pourquoi Moiseiwitsch ferait-elle référence à Warhol ou à une personne comme lui dans son article sur la « Art-Star » (Vedette de l’art)? De quelle façon Warhol correspond-il au profil de l’art-star? Commencez votre recherche en visitant:
Références

(anglais) Moiseiwitsch, Carel. ‘This Is a True Story.’ Positions: East Asia Cultures Critique, Vol.13, No.1, printemps 2005.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning