Patries

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
La mort, la guerre et les espaces sacrés
description

Le 11 septembre 2001, Sherill Farrell Racette, qui était en rade dans un aéroport du Missouri, a entendu aux nouvelles que les sauveteurs avaient été incapables de trouver de nombreux corps après le désastre des tours jumelles de New York. Ce rapport lui rappelant une histoire traditionnelle autochtone, le germe de ce livre était planté. Dans cette histoire traditionnelle, toute une communauté «avait été tuée sans merci. Les corps et le sang disparurent et des fleurs rouges poussèrent partout où du sang innocent avait été versé». Après, les gens qui visitaient l’endroit «disaient une prière et laissaient un peu de tabac pour honorer les esprits des gens qui y avaient laissé la vie. Les esprits étaient plus forts que le mal qui avait tué leurs corps. C’était un endroit sacré». (Martin, 2002)

additional resources Matière à réflexion
  • Dans son livre, Farrell Racette a juxtaposé les images contemporaines du 11 septembre avec les images de son histoire traditionnelle. À la fin de son livre figurent les noms de tous les pompiers et policiers qui ont perdu la vie à tenter de sauver d’autres vies. Farrell Racette a également intégré à son livre de petits sacs remplis de fleurs rouges en guise de souvenir des esprits des nombreuses victimes innocentes de la catastrophe; elle a ausi ajouté des photos des victimes des représailles américaines en Afghanistan. À votre avis, comment cette oeuvre se situe-t-elle par rapport au thème de la