Patries

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Aapaskaiyaawa (Ils dansent)
description

Dans cette, Heavyshield suspend douze formes encapuchonnées de tailles diverses au plafond du musée. Elles sont placées au hasard pour suggérer des membres d’une famille ou un groupe de personnes de tous les âges en train de converser. En dépit de leur forme minimaliste, ces sculptures en toile d’un jaune monochrome représentent évidemment des personnes. Le haut conique des formes rappelle les tipis autochtones. Éclairée par une seule source de lumière qui donne un effet dramatique, l’installation projette des ombres sur le sol et d’autres plus épaisses sur le « visage » des formes.

Lee-Ann Martin déclare au sujet de l’œuvre que « douze formes suspendues sous-entendent de nombreuses ambiguïtés dans une danse entre ciel et terre, permanence et fragilité, passé et futur. Le mouvement et l’ombre confèrent de la vitalité aux formes. Selon Heavyshield, " elles dansent… parce qu’elles sont fières de ce qu’elles sont, qu’elles sont reconnaissantes au Créateur, et parce que le vent les fait se mouvoir ". Les peuples autochtones comprennent que la terre est intrinsèque à leur patrimoine culturel et à leur «  danse de la vie », en dépit de 500 ans de colonialisme. » (Martin, 2004)

Aapaskaiyaawa (They are Dancing) est une oeuvre d’art qui a été l’objet de nombreuses expositions avant d’être achetée par la MacKenzie Art Gallery. Elle fait référence à des souvenirs de la famille et de la communauté de Faye Heavyshield durant sa jeunesse dans la réserve. Les gens de la réserve l’ont en quelque sorte élevée, l’aidant à devenir qui elle est aujourd’hui. Ils sont ancrés dans sa mémoire, informent ses pensées et actions, et l’aident à se situer dans le monde. Ces gens sont devenus son patrimoine, ayant exercé une grande influence quant à son concept de chez-soi et quant à la place qu’elle y occupe. Ces gens existent désormais en tant qu’esprits, car leur forme physique est retournée à la terre. Mais ils continuent de lui rappeler simplement qui elle est... comme la douce brise de mouvements humains qui anime les sculptures suspendues telles qu’on peut les voir.

additional resources Matière à réflexion
  • A votre avis, pourquoi les figurines de Fay Heavyshield ont-elles des grandeurs différentes? Pourquoi ces figurines dansent-elles? Pourquoi sont-elle placées en demi-cercle? Comment les ombres ajoutent-elles à l’oeuvre?
  • A votre avis, pourquoi Fay Heavyshield travaille-t-elle avec des formes simplifiées? Pourquoi ses silhouettes n’ont-elles pas de visage? Pourquoi sont-elles de la même couleur? Pourquoi sont-elles jaunes? L’imagination est-elle importante pour Heavyshield?
  • A votre avis, Heavyshield mêle-t-elle les mondes humain et métaphysique? Son oeuvre vous paraît-t-elle hantée ?
Références

(anglais) Auteur inconnu. Faye HeavySheild, Body of Land. Annonce d’exposition. Kelowna Art Gallery, Kelowna, Colombie-Britannique, 2002. Capté d’Internet le 10 août 2008 : http://www.galleries.bc.ca/kelowna/2002/faye_heavyshield.htm

(anglais) Auteur inconnu. Annonce de causerie d’artiste. Art Gallery of Southwestern Manitoba, Brandon, Manitoba, octobre 2005.Trouvé sur Internet le 25 mars 2009 dans: http://agsm.ca/articles73.html

(anglais) Houle, Robert. ‘Faye Heavyshield.’ In Land, Spirit, Power, Catalogue d’exposition. The National Gallery of Canada, Ottawa, Ontario, 1992.

(anglais) Lee-Ann Martin. A History Lesson. Catalogue d’exposition. Museum of Contemporary Canadian Art, Toronto, Ontario, 2004.

(anglais) Murphy, Mike. ‘Intuition Before Order: A conversation with Faye Heavyshield.’ Artichoke, Vol. 5 No. 3, 1993.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning