Futureperfect

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
143
142
Camp 2, Exploitation forestière de The Pas, au Manitoba
Scierie Pearse and Edworthy, Peesane (Saskatchewan)
description

Ces deux photos historiques de William James ont probablement été prises durant une de ses tournées des exploitations forestières autour de Prince Albert. James connaît bien le travail, ayant lui-même travaillé dans une de ces grandes scieries, ce qui lui permet de demander aux bûcherons de poser pour lui.

À ses débuts, l’industrie forestière est le principal employeur de Prince Albert. L’été, des centaines d’hommes travaillent dans les scieries des environs, et quatre fois plus l’hiver, la plupart des bûcherons étant des fermiers qui ont besoin d’un autre revenu jusqu’à ce que leur ferme soit établi, et même parfois après. Beaucoup des hommes sur la photo, debout en rang avec les outils dont ils se servent, sont vraisemblablement des fermiers ou des éleveurs du district. (En 1917, lors du défilé à Prince Albert, un des chars allégoriques représente essentiellement un rondin, comme si c’était un signe de prospérité économique.)

Comme on peut le voir sur la photo du haut, le travail est très dur et très physique. Il faut abattre les arbres, les dépouiller de leurs branches et les tronçonner dans la forêt. Ensuite, il faut transporter les rondins jusqu’à des rivières et des lacs gelés et attendre la fonte des glaces pour pouvoir les amener à la scierie où ils seront débités. Sur la photo du bas, on voit une scierie dans une clairière avec, à gauche, des piles de rondins et à droite, une rangée d’hommes devant le bâtiment. Les photos de James mettent l’accent sur l’importance du travail manuel, par opposition aux machines à l’intérieur des scieries. On voit le produit brut, plutôt que le bois d’œuvre.

Les deux photos sont remarquables par leur panorama impressionnant. Pour obtenir ce résultat, James s’est servi d’un appareil photo Kodak Cirkut, un appareil à l’utilisation complexe et difficile. Animé par un moteur à mouvement d’horlogerie, l’appareil tourne sur son trépied pendant que la pellicule défile devant une fente à l’intérieur. L’appareil doit être bien stabilisé et le trépied peut faire jusqu’à trois mètres de haut. Malgré sa taille et son poids, le Cirkut est l’appareil le plus approprié pour photographier des villes et des villages, des fermes et des scieries, ainsi que des événements spéciaux qui sont la principale source de revenu pour James. Le format horizontal se prête bien à l’environnement de la Prairie.

James a pris la plus grande partie de ses photos panoramiques entre 1919 et 1927, pendant la période où il avait vendu son studio. Certains des panoramas sont probablement des commandes mais il a pris les autres en espérant les vendre aux personnes qu’il a photographiées ou aux compagnies d’exploitation forestière. Les photos étaient généralement exposés chez l’acheteur ou dans les bureaux de la compagnie, auquel cas elles avaient un caractère privé. 

 

additional resources Matière à réflexion
  • Comment est-ce que le sens de quelque chose évolue avec le temps? Pouvez-vous penser à des mots ou des symboles dont le sens a évolué, pour vous même, ou pour la société dans son ensemble?

  • À votre avis, pourquoi James a-t-il choisi de prendre les bûcherons en rang plutôt qu’en train de travailler? Cela avait-il à voir avec ce que James voulait que nous ressentions? Faites des recherches sur les débuts de la photographie. Voici quelques sites Web qui pourraient vous aider :
  • À prime abord, ces photos pourraient sembler nostalgiques. Cela voudrait dire alors que tout était mieux autrefois et qu’un retour aux idéaux et aux méthodes du passé serait positif. Il est vraisemblable que James n’a pas pris ses photos dans ce but. Aucune photo ne peut dépeindre autre chose que le moment où elle est prise. Demandez à plusieurs personnes de regarder les photos et d’expliquer ce qu’elles ressentent. Les réactions diffèrent-elles selon l’âge de la personne?  
Références

(anglais) Arnold, Grant. ‘Photography, William James, and Life in early Saskatchewan.’ In William James: Selected Photographs 1900-1936, Catalogue d’exposition. Mendel Art Gallery, Saskatoon, Saskatchewan, 1986.

(anglais) Silversides, Brock. ‘The Life of William James.’ In William James: Selected Photographs 1900-1936, Catalogue d’exposition. Mendel Art Gallery, Saskatoon, Saskatchewan, 1986.

 

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning