Question d’environnement

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Réservoirs
large canvas, tower, reservoir, reservoir towers, ladder, human presence, absence, unnatural colour, landscape, isolation, figures industrial, modern technology, sketching,artist's practice, sources of imagery, secret places, heroic fiction, pathos, real settings, mysterious settings, real, unreal, hoplessness, theatre, narrative surrealism, consumption, clean water, environmental concern, planet at risk, industrial wasteland, architectural relics,
description

« Cette toile gigantesque…est un merveilleux exemple de la fascination que MacPhee éprouve pour les terrains vagues des quartiers industriels ainsi que pour les reliques architecturales modernes» affirme l’expert en art Pari Nadimi. (Nadimi 2006)

Réservoirs présente une tour au premier plan, puis une autre tour similaire au loin. Les deux tours sont nues et paraissent être abandonnées. Une simple échelle est posée à la verticale contre la tour du premier plan, ce qui suggère une présence humaine. Les couleurs utilisées dans le paysage environnant ont une apparence surnaturelle, comme la critique Adele Freedman l’a noté : «L’un des aspects les plus troublants des silhouettes de MacPhee est leurs couleurs d’étal de boucher : des teintes rose chair, mauves et bleues. Toujours isolées, ces silhouettes sont situées à quelque étrange carrefour où l’industriel et l’animal, le mâle et le femelle se rencontrent.Trad.» (Freedman, 1989)

Réservoirs fait partie d’un groupe d’oeuvres intitulées ‘Industrial Series’ (Série industrielle) que MacPhee a créées entre 1984 et 1991. Durant cette période, MacPhee traquait les ruines de la technologie moderne, faisant des esquisses et prenant des photos dans ces sites avant de retourner à son studio. Dans une entrevue avec Adele Freedman, MacPhee a discuté de la source de ses images : «Ces sites où je me rends, ce sont des endroits secrets, pour ainsi dire. Ils donnent l’idée d’une oeuvre de fiction peuplée de héros. Il y réside quelque chose de très pathétique, de très émouvant. Ce sont des sites en détérioration» (Freedman, 1989).

De retour au studio, MacPhee crée pour ces structures industrielles abandonnées des contextes mystérieux. Ces endroits semblent à la fois réels et irréels, calmes et menaçants. MacPhee ne montre pas de manière évidente que quelque chose ne va pas dans ces environnements, mais le spectateur ressent un malaise et est envahi par le désespoir. On en est réduit à se demander : «Qu’est-il arrivé ici et où les habitants de cette région sont-ils partis?»

La qualité narrative de son oeuvre ainsi que son aspect théâtral ont mené certains experts à voir une relation entre l’oeuvre de MacPhee et celles du surréaliste Georges de Chirico et de l’artiste américain Edward Hopper.

Le titre Réservoirs fait référence aux bassins où on emmagasine de l’eau, souvent de l’eau potable. Cette image présentant un réservoir abandonné, on peut se demander pourquoi ce réservoir n’est plus nécessaire. Avec le taux actuel de consommation, il se peut que nous connaissions des pénuries d’eau potable dans un avenir rapproché. Notre vie sur la planète pourrait-elle être menacée? MacPhee rappelle avec un calme inquiet ses soucis environnementaux.

additional resources Matière à réflexion
  • Renseignez-vous sur les problèmes de plus en plus aigus de manque d’eau potable.
  • MacPhee s’intéresse depuis longtemps aux portraits ainsi qu’à l’architecture dans sa pratique artistique. Diriez-vous que Réservoirs peut être consid&eacut