Terre, science et art

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Éclipse
far-away places as inspiration, postcards, eclipse, exotic places, Mount Baker, volcanic mountain, crater lakes, craters, magical places, the Cascade Mountains, Mount Baker, painting composition, principles of design, acrylic paint, symmetry, formal and informal balance, painting surface textures, monochromatic colour palette, building paint layers, painting themes, collage layers, places in memory, imagination,, painting, Mount Baker, lake, reflection, moon
description

Depuis des années, Thauberger explore son propre environnement pour y puiser son inspiration et capter l’essence des prairies. Mais, lorsqu’il peint Éclipse au cours des années 1980, Thauberger étudie des endroits lointains à partir de cartes postales, en imaginant les lieux romantiques, exotiques et magiques que lui suggèrent les images. « Je suis allé en vacances grâce à des cartes postales, » Thauberger déclare-t-il au cours d’une entrevue en 1982. (Tousley, 1982)

Mount Baker Dans Éclipse, Thauberger souligne la beauté des montagnes Rocheuses – destination populaire des touristes – et du mont Baker en particulier. Le mont Baker est un volcan qui se trouve dans l’état de Washington, célèbre parce qu’il l’un des endroits les plus enneigés et les plus pittoresques au monde. Il a été nommé ainsi par l’explorateur George Vancouver en l’honneur d’un membre de son équipage, le troisième lieutenant Joseph Baker, qui fut le premier à l’apercevoir, le 30 avril 1792.

Le lac qui se trouve au premier plan ressemble aux lacs de cratère qui se trouvent dans les états de Washington et de l’Orégon. L’éclipse qu’on voit au-dessus de la montagne fait peut-être référence à l’éclipse du 18 mai 1980 dans le nord-ouest des États-Unis. Mais Thauberger a déclaré qu’il avait ajouté l’éclipse pour son propre plaisir esthétique, pour « mettre le point sur le i » de la composition.

Toute la composition de Éclipse s’appuie sur l’idée de double. Si vous partagez la montagne et l’éclipse en deux, au milieu, il existe la même symétrie qu’on trouve dans un test de Rorschach. On peut aussi diviser le tableau horizontalement en deux parties distinctes. La moitié supérieure (le ciel) est peinte différemment de la moitié inférieure (l’eau). Sur la moitié inférieure, l’artiste a versé de la peinture sur la surface tandis que le haut est éclaboussé de peinture. Thauberger a ajouté du sable à la surface de la montagne ce qui donne une texture grumeleuse. Par contre les arbres sont rendus de façon convaincante avec un pinceau. L’artiste se sert d’un pistolet vaporisateur et d’une peinture monochrome bleu Thalo dans les parties supérieure et inférieure pour unifier la composition.

« Pour peindre ces endroits, Thauberger a décidé de se servir de couleurs acryliques directement sorties du tube, » écrit la critique Joan Murray, « surtout celles qu’on juge criardes – le mauve dioxazinique et les bleus et verts Thalo. Il les a combinées à de la poudre scintillante sapoudrée à la main afin de créer de grands tableaux avec d’habitude un point de vue frontal nettoyé, parfois sur un thème apparenté, mais impliquant toujours de l’art populaire. » (Murray, 1986)

La critique Nancy Tousley offre une autre perspective sur le procédé qu’adopte Thauberger et sur son style : « Thauberger élimine les détails photographiques des cartes postales qui sont sans rapport avec son sujet et bâtit ses compositions avec une sorte de technique du pochoir, en masquant les parties adjacentes à chaque couleur et en les peignant individuellement. Cela donne à ses surfaces l’impresssion de relief du collage et, avec leurs textures variées, elles renforcent les qualités stylisées et artificielles de l’image peinte, » poursuit Tousley. « Non préoccupé par le naturalisme, Thauberger transforme ses tableaux en une sorte d’image améliorée de l’endroit qui vit dans la mémoire. » (Tousley, 1982)

additional resources Comment il se sert de son appareil photo pour faire des croquis et de ruban adhésif pour masquer une image
Duration: 2:18 min
Size: 9972kb
Il ajoute des éléments physiques à ses tableaux
Duration: 2:41 min
Size: 11770kb
Influence des artistes Folk de la Saskatchewan
Duration: 2:48 min
Size: 12590kb
Interview with Timothy Long - L’art Funk et le mouvement Regina Clay
Duration: 3:35 min
Size: 15193kb
Ses débuts
Duration: 2:51 min
Size: 13125kb
The Driving Rain/ La pluie battante
Duration: 2:04 min
Size: 9272kb
Matière à réflexion
  • Devez-vous vous rendre dans un endroit éloigné pour qu’il ait l’air familier? Quel est le lien entre votre familiarité avec ce qui vous entoure et la conscience que vous avez d’autres lieux? L’herbe est-elle toujours plus verte de l’autre côté de la clôture?
  • Réfléchissez au concept de la culture. Voyez-vous une distinction entre la culture ‘inférieure’ et la culture ‘supérieure’? Une telle distinction existe-t-elle?
  • Nancy Tousley offre l’observation suivante au sujet de l’oeuvre de Thauberger : « Pour lui, l’art, pour qu’il soit authentique doit être ancré dans la spécificité de l’expérience vécue qui inclut non seulement qui vous êtes mais aussi où vous êtes, et il ne sépare pas l’identité du lieu.» (Tousley, 1988) Selon vous, qu’est-ce l’art devrait être? Êtes-vous plutôt un formaliste et intéressé au langage de l’art?
  • Nancy Tousley observe qu’en 1980-81, juste avant qu’il n’entreprenne Éclipse, Thauberger « avait établi les coordonnées du lieu au centre d’un axe aligné entre le local et le cosmopolitain, le quotidien et l’exotique, les mondes matériel et existentiel, la réalité idéalisée de la reproduction et la réalité de la peinture. » (Tousley, 1988) Selon vous que veut-elle dire ici?
  • Un jour, Thauberger s’est rendu dans un des endroits de sa série inspirée de cartes postales. Il ne l’a pas trouvé source d’inspiration et a plutôt été déçu. Cela vous est-il jamais arrivé – d’attendre avec impatience de faire ou de voir quelque chose et d’être déçu par la réalité? Comment une carte postale peut-elle influencer nos perceptions d’un endroit?
  • Regardez le Mont Sainte-Victoire de Paul Cézanne et comparez la façon dont il dépeint une montagne à celle de Thauberger.
  • « Les gens eux-mêmes n’apparaissent jamais dans ces tableaux, » a écrit la critique Nancy Tousley. « Thauberger représente les objets qu’ils ont fabriqués, les objets de leur désir et les objets de leur affection – les objets qui les lient ensemble comme une unité sociale au sein de la société plus vaste. » (Tousley, 1988) Pouvez-vous identifier d’autres artistes qui se servent de cet instrument de représentation dans leur oeuvre? (Voir Lynne Cohen – Espaces intérieurs)
  • Cherchez de l’information sur l’art Folk. Selon vous en quoi les tableaux de Thauberger ressemblent-ils à ceux de l’art folk et en quoi diffèrent-ils?
  • Pensez-vous que les tableaux de Thauberger plaisent à l’enfant qui se trouve au fond de chacun de nous? Peut-on les décrire comme de l’art Pop « antiélitiste, non académique »? (Balfour Bowen, 1989)
* Science Behind the Art *

Les volcans des états du nord-ouest des États-Unis bordés par le Pacifique, tel le mont Baker représenté ici, sont le produit des plaques tectoniques. Au large de la côte Pacifique, il existe sur le sol de l’océan une fracture qui s’élargit sur la crête de Juan de Fuca et cela provoque le déplacement la croûte océanique de la plaque tectonique de Juan de Fuca vers l’est où elle rencontre la croûte continentale de la plaque tectonique nord-américaine qui dérive vers l’ouest. Lorsque les deux plaques convergent, la croûte océanique plus dense s’enfonce sous la croûte continentale qui l’est moins. C’est là où de hautes températures et de fortes pressions font partiellement fondre la roche pour former le magma qui remonte et fait éruption à la surface pour produire une chaîne de volcans au-dessus de la zone de subduction. Ce processus se produit tout autour du Pacifique pour former ce qu’on appelle la « ceinture de feu. » Le tableau représente également une éclipse du Soleil par la Lune, plus communément connue sous le nom d’éclipse du soleil. Au cours d’une éclipse du soleil, la Lune est en alignement avec le Soleil et la Terre, et l’ombre que produit la Lune traverse la surface de la Terre. Comme la taille de la Lune est pratiquement la même que celle du Soleil lorsqu’on les regarde de la Terre, la Lune peut sembler bloquer complètement le Soleil, ce qu’on appelle une éclipse totale. Lorsque l’éclipse est totale, comme c’est le cas dans le tableau, on peut alors voir la couronne solaire, c’est à dire du plasma extrêmement chaud qui entoure le Soleil.

Références

(anglais) Balfour Bowen, Lisa. All that Glitters.’ The Sunday Sun, 5 mars 1989.

(anglais) Murray, Joan. ‘David Thauberger: Popular Image King.’ Vie Des Arts, Vol. XXI, #124, Sept. 1986.

(anglais) Tousley, Nancy. ‘Thauberger Takes Postcard Holiday.’ The Calgary Herald, 19 août 1982.

(anglais) ousley, Nancy. ‘Putting Things In Place: David Thauberger’s Vernacular Style.’ in David Thauberger Paintings 1978 – 1988, Catalogue d’exposition. Norman MacKenzie Art Gallery, Regina, Saskatchewan, 1988.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning