Terre, science et art

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Ralph, Saskatchewan
description

Ralph, Saskatchewan, 1980 – gravure, 48 x 69, 5cm

Ralph, Saskatchewan est l’une d’une série de gravures créées par DeLouchery pour répondre à une commande du Gouvernement de la Saskatchewan pour le 75e anniversaire de la province, en 1980. Après l’exposition Vision ’80, le Saskatchewan Arts Board a fait don de la gravure à la Norman Mackenzie Art Gallery pour sa collection permanente.

Dans Ralph, Saskatchewan, DeLouchery nous présente une vue d’ensemble, ou peut-être une vue prise d’un satellite, de Ralph, une petite communauté qui se trouve sur la Soo Line Railway dans le sud-est de la Saskatchewan. La voie ferrée et d’autres caractéristiques topographiques sont facilement reconnaissables sur la gravure de DeLouchery.

Il est plus difficile de trouver Ralph. DeLouchery a choisi de prendre sa vue d’ensemble à une altitude qui fait qu’il est impossible de repérer la communauté. En fait, la gravure pourrait représenter des centaines d’endroits qui, dans le sud-est de la Saskatchewan, possèdent des caractéristiques topographiques similaires. Nous devons faire confiance à DeLouchery qu’elle nous donne bel et bien une vue d’ensemble de Ralph et de ses environs.

DeLouchery vivait à Ralph à l’époque où elle a produit cette gravure. Le fait qu’il est difficile de trouver l’endroit est la clé du message qu’elle transmet dans sa gravure. Ralph, comme bien d’autres villes et villages situés le long des voies ferrées de la Saskatchewan, symbolise un mode de vie en voie de disparition.

additional resources «Lampscapes»
Duration: 2:04 min
Size: 8880kb
Expressionnisme domestique
Duration: 1:38 min
Size: 7393kb
Fiction historique
Duration: 2:12 min
Size: 9907kb
Ralph
Duration: 2:15 min
Size: 10154kb
Son point de vue sur la couleur
Duration: 2:19 min
Size: 10228kb
Matière à réflexion
  • À l’époque où on se servait de chariots tirés par des chevaux, un fermier, qui voulait rentrer chez lui le même jour, ne pouvait parcourir qu’un maximum de 7 miles pour aller livrer du grain. C’est pourquoi, on retrouve le long des voies ferrées de la Saskatchewan et des autre provinces des Prairies, des communautés (ou des noms d’endroits où se trouvaient des communautés) tous les sept miles. Au fur et à mesure que les fermes se consolident et que le camion remplace le chariot, bien des communautés, comme Ralph, disparaissent. Réfléchissez aux endroits autour de chez vous qui ont rapetissé ou disparu pour des raisons économiques ou d’autres raisons. Pourquoi une communauté disparaît-elle?
  • Dans Ralph, Saskatchewan, DeLouchery met notre traditionnelle façon de penser à un endroit au défi en demandant au spectateur de se placer en altitude et de plonger son regard vers la surface de la Terre plutôt que d’avoir les deux pieds sur terre et de tourner son regard vers le sujet. De quelle façon ce changement de perspective modifie-t-il ce que vous pensez de l’endroit?
  • DeLouchery a tendance à placer des limites sur les scènes qu’elle dépeint dans ses peintures et ses gravures : une rangée d’élévateurs à grains avec, en toile de fond, un coin de ciel ou quelques wagons sur une voie ferrée, par exemple. Les vues contenues de ses travaux contrastent avec les paysages immenses que dépeignent la plupart des peintres de la Prairie. La vue plus contrôlée de DeLouchery présente-t-elle des avantages? Si oui, lesquels?
  • Ouvrez une nouvelle fenêtre de navigation et visitez Toporama, un service de cartes topographiques de Ressources naturelles Canada

Concentrez-vous sur les cartes les plus détaillées de l’endroit où vous vivez. Le voyez-vous maintenant d’un autre œil?

* Science Behind the Art *

L’art et la science – Troy Zimmer

La peinture de Marsha DeLouchery, Ralph, Saskatchewan, dépeint une scène familière pour quiconque a survolé les prairies de la Saskatchewan. La terre est divisée de sorte qu’on voit un quadrillage régulier de champs limités par des routes gravillonnées, brisé seulement parfois par un lac, une rivière ou une route. Comme ma femme me l’a fait remarquer une fois, la terre ressemble à une énorme courtepointe comme en faisait sa grand-mère, mais en beaucoup plus grand car elle s’étale à perte de vue. Chaque carré a une taille presque parfaite, un mile par un mile, ses côtés précisément alignés avec les points cardinaux au nord, sud, est et ouest. Les carrés résultent du Dominion Land Survey (DLS), l’arpentage des terres fédérales, qui a permis aux premiers colons de localiser avec précision leur propriété dans un paysage sans autre point de repère particulier. Ils ont aussi fourni le cadre sur lequel s’appuie pratiquement toute l’infrastructure du terrain en Saskatchewan. Dans le système DLS, la minuscule communauté de Ralph est décrite comme « le quart nord-ouest de la section 22, Canton 7, Rang 13, à l’ouest du 2e méridien.

Ralph se trouve près de la rive sud du lac glaciaire de Regina, un vaste lac proglaciaire qui s’est formé il y a 10 000 ans lors du retrait de la dernière grande nappe glaciaire continentale. À mesure que la glace fondait et reculait, l’eau s’est accumulée sur les terres basses à l’avant du glacier. Pendant près d’un millier d’années, les eaux du lac glaciaire de Regina ont recouvert les terres entre Regina et Weyburn au sud jusqu’à ce que se produise une décharge spectaculaire et catastrophique qui, d’après certains géologues, n’aurait pris qu’un mois. Cette décharge d’eau massive s’est déversée dans la vallée Souris, un large chenal de trop-plein situé dans une dépression à guère plus de trois miles de Ralph. Si vous observez avec soin Ralph, Saskatchewan, vous noterez ce qui ressemble à un petit ruisseau serpentant au bas de la scène; le ruisseau est un affluent qui se déverse à l’ouest dans la rivière Souris, juste à l’extérieur du tableau.

La longue ligne étroite striant le tableau est la route provinciale no 39 qui est parallèle à la voie ferroviaire Soo Railway. Devenue la voie ferroviaire du Canadien Pacifique, ce tronçon de l’ancienne Soo continue à transporter les céréales des fermes du sud de la Saskatchewan vers les ports géants des Grands lacs tel Chicago dans l’Illinois, tout comme il y a cent ans. À une époque, cette voie transportait aussi des passagers entre Chicago et Moose Jaw, où les voyageurs pouvaient emprunter les fameux trains intercontinentaux du Canadian Pacific qui circulaient d’est en ouest et vice-versa entre Toronto (Ontario) et Vancouver (Colombie-Britannique). C’est ce lien avec Chicago qui a apporté intrigue et aventure à la petite communauté colorée et parfois très animée de Moose Jaw. La légende locale veut qu’au cours des années 1920, Al Capone, le tristement célèbre bandit de Chicago, et ses acolytes sautaient dans le train de la Soo pour Moose Jaw lorsque les choses chauffaient un peu trop pour eux à Chicago. Personne ne sait si Capone est vraiment jamais venu à Moose Jaw par la voie ferrée de la Soo, mais s’il l’a fait, il aurait emprunté la voie d’évitement de Ralph et il aurait peut-être pu contempler de la fenêtre du train le même motif en damier de champs idylliques qui a inspiré à Marsha DeLouchery la scène qu’elle a peinte.

Références

(anglais) Auteur inconnu. Marsha DeLouchery. Profil de l’artiste. Dunlop Art Gallery, Regina, Saskatchewan, sans date.

(anglais) Auteur inconnu. Marsha DeLouchery. Profil de l’artiste. Saskatchewan Arts Board, sans date.

(anglais) Auteur inconnu. ‘Ralph, Saskatchewan.’ Note tirée de Vision ’80: A Festival; Exhibition of Original Prints by Saskatchewan Artists. Exposition du Saskatchewan Arts Board, Regina, Saskatchewan, 1980.

(anglais) Perry, Meta. ‘Various artists featured at exhibitions.’ Regina Leader-Post, 22 septembre 1979.

(anglais) Walters, Louise. Saskatoon Women Artists. Catalogue d’exposition. Mendel Art Gallery, Saskatoon, Saskatchewan, 1975.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning