Terre, science et art

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Coupe terrestre
description

Coupe terrestre est l’une des sculptures de Beug qui figurent dans la collection de la MacKenzie Art Gallery. Selon lui, dans les Prairies, l’argile est un matériau avec lequel il est tout naturel de travailler. « Essentiellement, nous vivons au fond du lit d’un lac asséché. Et j’aime le fait que, contrairement à la roche, on puisse si facilement modeler l’argile lorsqu’elle est humide. Ensuite, en la cuisant, on peut la faire revenir à l’état de roche sous n’importe quelle forme ou couleur. C’est un processus contrôlé de fabrication de roche. » (Hryniuk, 1988)

Prenez une poignée d’argile », ajoute-t-il, « et vous tenez dans la paume de votre main 1 000 ou 100 000 années d’histoire. » (Beug 1985) Dans Coupe terrestre, il montre son intérêt pour la formation de la Terre et les forces tectoniques alors qu’il représente des millions d’années de changement à la surface de la Terre dans sa sculpture de la coupe transversale de la Terre. « De façon à la fois logique et métaphorique, il se sert de la terre pour produire des images de la Terre, » déclare Katherine Ylitalo. (Ylitalo, 1983)

Beug étudie les formations rocheuses comme le ferait un géologue, mais en tant qu’artiste il prend la liberté artistique de recréer des formations de façon simplifiée et stylisée. Chaque couche de la sculpture est à peu près de la même épaisseur et il y a peu de variation dans la formation terrestre. Comme un gâteau fourré, les sections sont empilées les unes sur les autres, et seule la section contenant les vestiges de créatures marines est beaucoup plus grande que les autres.

Dans son œuvre, Beug se sert d’argile de différentes couleurs pour représenter les cinq couches de formation rocheuse du temps géologique. Il obtient les couleurs en ajoutant des oxydes à l’argile. Il se sert de colorants tels l’oxyde de fer (la rouille dans la couche supérieure) et du manganèse (le noir dans la couche inférieure). Il aurait pu se servir de diverses combinaisons d’oxydes minéraux pour créer d’autres couleurs.

Coupe terrestre révèle des roches, des os, des coquillages et autres vestiges incrustés dans chacune des strates. Les objets ont été appliqués avec soin pour s’assurer que leur couleur ne se mélange pas avec la couleur de l’argile ou qu’elle n’e soit pas corrompue par cette dernière. Pour éviter le mélange des couleurs entre les larges sections colorées, Beug ne les a pas jointes pendant la construction initiale. Elles ont été jointes, une fois cuites, avec de la colle et du fil de fer.

L’eau ou lac sur le dessus de la sculpture est le seul champ qui a été verni. Ceci est typique des travaux de Beug, note l’auteur Norman Zepp : « Comme dans la plupart de l’oeuvre de Beug, le passé est représenté par des portions inférieures non vernies, tandis que le présent est indiqué par des éléments de surface vernis. (Zepp, 1985)

Beug a appliqué une glaçure bleu pâle opaque à la surface de l’argile après la cuisson du biscuit puis il a de nouveau passé au four cette section. Le processus de cuisson a scellé la surface avec un fini brillant ressemblant à du verre. Pour créer une impression de mouvement dans cette partie, Beug donne à cette formation aquatique des vagues qui rappellent un tsunami.

Sur le dessus de la sculpture, Beug a appliqué des formes évoquant des coquillages à une surface qui fait penser à une plage de sable. La couleur est pratiquement la même que celle de la seconde couche enterrée, mais les références aquatiques évoquent les images qui se trouvent dans la quatrième couche. Beug insinuerait-il quelque chose au sujet de la Terre à l’avenir?

Comme il a étudié la géologie, en particulier, celle de la Saskatchewan, il déclare: « Notre histoire est positivement exotique – c’est là où évoluaient les dinosaures dans des forêts subtropicales; où de vastes plages blanches se sont évaporées pour laisser de la potasse et où des glaciers ont aplani le lit de semence et ont recouvert le sol d’argile. » (Beug, 1985)

additional resources Description de Hawk’s House
Duration: 1:22 min
Size: 6343kb
Guide pour une ville fantôme
Duration: 1:44 min
Size: 7397kb
Interview with Timothy Long - L’art Funk et le mouvement Regina Clay
Duration: 3:35 min
Size: 15193kb
Pourquoi la forme de table?
Duration: 1:55 min
Size: 8882kb
Pourquoi le titre Hawk’s House?
Duration: 0:55 min
Size: 4231kb
Ses débuts en tant qu’artiste
Duration: 1:47 min
Size: 8589kb
Matière à réflexion

De quelle façon l’argile fait-elle partie du cycle géologique?

  • Les images en argile de Beug peuvent-elles apporter une perspective sur le passé et des questions quant à l’avenir? (Manning, 1984) Selon vous, dans Coupe terrestre, Beug pense-t-il à la façon dont les humains ont changé la terre?
  • Leslie Manning déclare : « Pour Beug, l’argile est de par sa nature, l’un des matériaux artistiques les plus scientifiques. » (Manning, 1984) Cela est-il vrai?
  • Beug a dit que : « Pour moi, le four est une machine à mesurer le temps, un véhicule pour traverser le temps géologique ou temps ‘profond’. Pour moi, il s’agit d’un moyen de retourner à un âge antérieur plus violent, d’accélérer le futur à travers des apocalypses en fusion et des étoiles qui s’effondrent pour peut-être devenir de nouveaux cristaux d’intelligence.” (Beug 1985)
  • Beug a financé ses activités de production artistique en faisant du dessin technique à titre de pigiste pour des géologues et des océanographes. Interviewez des artistes de votre communauté pour en savoir plus sur leur art et sur la façon dont ils maintiennent leur production artistique et gagnent leur vie. De quelle manière ce que vous faites en plus et ce qui vous intéresse peut-il affecter l’art que vous voulez produire ou que vous devez produire?
  • Margaret Hryniuk cite Beug dans une entrevue datant de 1987: « Une des choses qui m’intéressait en psychologie et en psychanalyse, c’était d’aller voir sous la surface pour découvrir l’influence de l’inconscient…il y a vraiment un lien entre mon intérêt pour l’aspect souterrain du paysage et mon intérêt pour le subconscient. » (Hryniuk, 1988) Voyez-vous un lien entre ces deux idées que présente Beug?
  • Dans ses pièces, le temps est compressé, ce qui fait que, par exemple, les os des dinosaures se trouvent juste à côté de pointes de flèches indiennes. » (Whyte, 1979) Qu’est-ce que la liberté artistique et pourquoi les artistes s’en servent-ils parfois?
  • Est-ce qu’on peut décrire l’argile comme le fait Beug c’est à dire comme un « conteneur de paysage »?
  • J’essaye d’être sérieux dans mon travail, mais je garde en même temps un sens de l’humour », déclare Beug. (Ball, 1980) Cette pièce vous rappelle-t-elle un gâteau d’anniversaire à multiples couches et à multiples saveurs où on a caché des pièces qui ne seront trouvées que lorsqu’on le goûtera?
  • Découvrez des oxydes colorés et la manière dont ils peuvent colorer l’argile et les glaçures. Par exemple, le cobalt, le rutile, le cuivre, le chrome, etc.
  • Dans un article, Anne Suche dit que chaque carreau d’une pièce a été verni avec des minéraux que Lorne Beug a trouvés à divers endroits. « Après expérimentation, » observe-t-elle, « chacun a été cuit avec différents minéraux de la terre recueillis par l’artiste dans des endroits variés – l’un provenait d’une mine de charbon en C.B., un autre des Badlands près de Drumheller, un autre de la démolition de la maison en face de chez lui et ainsi de suite ». Cherchez plus d’information au sujet des propriétés de différents minéraux dans le cadre de la chimie des vernis. (Suche 1987) Selon vous, pourquoi Beug a-t-il décidé de procéder de cette façon?
  • Beug a créé une série d’oeuvres reliées aux colonies de fourmis souterraines et a découvert des similarités entre le comportement des fourmis et celui des humains. Cherchez à en savoir plus à propos des fourmis et de leurs structures sociales. Dans une entrevue avec Denise Ball, Beug a offert un commentaire sur la société : « Nous avons deux choix – la conduite négative de la guerre de la fourmilière ou la coopération positive de la ruche. » (Ball, 1980) Qu’en pensez-vous?
  • Je veux qu’ils [les spectateurs] en [de sa sculpture] retirent un plaisir immédiat, » Beug a-t-il un jour déclaré. « Je veux qu’ils se rendent compte que le paysage des Prairies est vraiment exotique, passionnant. » (Hryniuk, 1988) De nombreux voyageurs mentionnent le paysage uniforme des Prairies. Que trouvez-vous de passionnant dans le paysage de la Saskatchewan?
* Science Behind the Art *

L’art et la science – Fran Haidl

La sculpture de Lorne Beug, Coupe terrestre, nous fournit une maquette qui nous aide à nous représenter les couches de roches que nous trouverions si nous creusions de plus en plus profond sous nos pieds. Chaque couche représente une étape différente de l’histoire de la Terre; la couche la plus récente est sur le dessus et les couches sont de plus en plus anciennes au fur et à mesure que nous creusons. En se servant d’argile de couleur différente, l’artiste rend des couches composées de matériaux divers. On y trouve deux couches contenant des os et des dents fossilisés d’animaux qui sont apparus sur la Terre bien plus tard que les organismes marins tels les coraux, praires, crinoïdes et escargots qui sont présents dans l’épaisse couche gris foncé plus bas. La surface de la pièce représente une plage de sable fin contemporaine près d’une masse d’eau rendue par une céramique bleu vif; sur la plage, il y a des coquilles d’animaux qui existent aujourd’hui.

Coupe terrestre peut nous aider à comprendre l’histoire géologique du sud de la Saskatchewan, mais nous devons faire appel à notre imagination afin que certaines des couches correspondent à ce que nous trouverions si nous creusions de plus en plus profond. Il ne faut pas non plus oublier que l’épaisseur de chaque couche ne correspond pas à l’épaisseur relative des couches provenant d’âges différents préservées dans le sous-sol de la Saskatchewan. Il y a des variations dans l’histoire géologique selon l’endroit de la Saskatchewan où vous commencez à creuser. Au début ou à la fin de votre expédition, n’oubliez pas de consulter l’affiche Geoscape Southern Saskatchewan qui se trouve en ligne.

En partant du bas, on peut interpréter la couche qui se trouve à la base de notre maquette comme une représentation des roches les plus anciennes en Saskatchewan provenant du Précambrien (vieilles de 1,8 à 3,4 milliards d’années) et qui sont surtout composées de roches ignées et métamorphiques. La lacune stratigraphique, qui sépare cette couche de la couche gris foncé, représente presque 1,3 milliard d’années pour lequel nous n’avons aucun reste des roches qui ont été emportées surtout par l’érosion; en termes géologiques, cet intervalle de temps se nomme une discordance stratigraphique. Recouvrant la surface de cette dernière, il y a des roches surtout composées de calcaire et de dolomite. Les fossiles qui se trouvent dans cette couche nous indiquent que pendant la majorité d’une période allant d’il y a de 540 à 330 millions d’années, la Saskatchewan était recouverte de mers chaudes, dans lesquelles vivaient en abondance coraux, ammonites, praires, escargots, brachiopodes, trilobites, éponges, crinoïdes, poissons et vers. Au cours des périodes où ces mers étaient trop salées pour que ces organismes marins puissent y survivre, de l’halite, de la sylvite et d’autres évaporites se sont déposées. C’est au cours d’une de ces périodes, il y a environ 390 millions d’années, que les ressources en potasse de la Saskatchewan se sont formées. Une autre discordance stratigraphique représentant un intervalle d’au moins 100 millions d’années sépare cette couche de la suivante.

Pour interpréter les 300 millions d’années qui restent dans l’histoire géologique du sud de la Saskatchewan, il nous faut vraiment avoir un grand pouvoir d’imagination. Imaginez que des os et des dents de dinosaures et d’autres fossiles marins et non marins sont préservés dans la couche marron grisonné qui se trouve au-dessus de la surface de la discordance stratigraphique, à la surface de la couche gris foncé. On peut alors interpréter cette couche comme une représentation du grès et du schiste argileux (et d’un peu de calcaire) qui s’est déposé il y a de 231 millions à 65 millions d’années. La couche marron clair représente les roches vieilles de 65 à 1,8 millions d’années; on peut les trouver uniquement à l’extrême sud de la Saskatchewan et elles sont composées de grès, schiste argileux et de charbon. Les fossiles comportent des restes de chevaux, titanothéridés, mastodontes, rhinocéros, poissons, crocodiles, tortues et d’autres animaux vertébrés et invertébrés; les fossiles de plantes sont aussi abondants. Séparant cette couche de la couche sous-jacente se trouve la fameuse limite du Crétacé-Tertiaire qui marque une extinction massive où plus de 75% de toutes les espèces de la Terre ont disparu, y compris les dinosaures. La couche la plus jeune sous la surface de notre plage sableuse représente les dépôts associés aux glaciers de l’âge glaciaire qui ont recouvert la Saskatchewan au moins huit fois au cours des dernières 1,8 million d’années; la dernière nappe glaciaire continentale s’est retirée il y a de 17 000 à 8 000 ans. Au-dessus de ces dépôts glaciaires, nous nous retrouvons sur notre plage de sable près d’un plan d’eau. Entre Weyburn et Estevan, le Rafferty Reservoir, un bassin artificiel, est peut-être le seul endroit dans le sud de la Saskatchewan où, si on creusait de plus en plus profond sur la rive, on arriverait à trouver les trois premières couches dépeintes sous la plage de Coupe terrestre.

Références

(anglais) Ball, Denise. ‘Lorne Beug’s work is down-to-earth.’ The Leader Post, 1er novembre 1980.

(anglais) Beug, Lorne. Beugography. Document non publié, 2002.

(anglais) Beug, Lorne. ‘Artist Statement.’ dans Lorne Beug: Artists with Their Work. Catalogue d’exposition. MacKenzie Art Gallery, Regina, Saskatchewan, 1985.

(anglais) Hryniuk, Margaret. ‘A different look at the vast Regina plains.’ Regina Sun, 3 avril 1988.

(anglais) Manning, Leslie. ‘New Directions in Clay.’ Vanguard, Vol.13 #1, Fév. 1984.

(anglais) Moppett, George. Interview with Lorne Beug about his exhibit, Glass Architecture/Cultured Stones. Mendel Art Gallery, Saskatoon, Saskatchewan, 1987.

(anglais) Rosenberg, Ann. ‘Vancouver: Lorne Beug.’ Art Magazine, Vol. 9 No. 38/39, 1978.

(anglais) Suche, Anne. ‘Lorne Beug.’ Western Living. Août 1987.

(anglais) Whyte, Jon. ‘Ceramic Sculpture: Another Dimension.’ Arts West. Vol. 5 #4, Juillet/août 1980.

(anglais) Whyte, Jon. ‘Illusion and Simile in Western Sculpture.’ Art Magazine, Juin 1979.

(anglais) Ylitalo, Katherine. New directions in Clay. Catalogue d’exposition. Peter Whyte Gallery, Banff, Alberta, 1983.

(anglais) Zepp, Norm. Lorne Beug: Artists with Their Work. Catalogue d’exposition. MacKenzie Art Gallery, Regina, Saskatchewan, 1985.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning