La coexistence

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Sans nom (chevaux)
description

Wynona Mulcaster est surtout reconnue comme peintre de paysages mais elle adore les chevaux depuis qu’elle est toute jeune. « La moitié de ma vie appartient à la peinture et l’autre moitié, aux chevaux. » (Saskatoon Library News, 2003)

Cette linogravure de chevaux sans titre qui appartient à la Mendel Art Gallery est un exemple des nombreuses gravures et peintures produites par Mulcaster. On y retrouve plusieurs des caractéristiques qui rendent ses paysages si reconnaissables.

« Au cours de sa longue carrière », écrit le critique d’art Robert Enright, « elle a été attirée par des topographies qui la stimulent et lui donnent une énergie particulière. Elle s’intéresse à des choses plus essentielles que la représentation littérale : comment réaliser les qualités de perception et de peinture qui donnent au spectateur le sentiment puissant de ressentir le paysage comme s’il y était. » (Enright, 1984)

Mulcaster explique : « Ce n’est pas le sujet que vous peignez, c’est la façon dont vous le peignez. Je suis stimulée par l’énergie de la nature et des paysages. J’aime partager cela avec d’autres. Je ne pars pas à la recherche de jolis paysages… La stimulation visuelle me vient de la façon dont les choses interagissent. » (Saskatoon Library News, 2003)

Cette œuvre sans titre partage des particularités avec les paysages de Mulcaster: l’espace pictural est aplati et ne permet pas au regard du spectateur de s’attarder sur une partie de l’image. Les chevaux et les cavaliers sont clairement les formes dominantes mais les éléments du tableau ne sont pas organisés selon un premier plan, un plan intermédiaire et un arrière-plan.

Cette œuvre illustre aussi ce que l’auteure Sheila Robertson décrit comme une ambiguïté qui s’est insinuée, sous l’influence de la lumière éclatante du désert au Mexique, dans les œuvres de Mulcaster. Cette œuvre aurait pu être créée dans sa maison d’hiver ou dans sa maison d’été, mais les couleurs vives et tropicales font penser qu’elle représente une scène mexicaine.

« Les écoles d’art font souvent plus de mal que de bien. Elles devraient enseigner aux artistes à trouver leur propre expression et à savoir comment évaluer leurs propres œuvres. Posez-vous des questions, écoutez votre petite voix, faites ce que bon vous semble. » - Wynona Mulscaster

additional resources À propos de Wynona Mulcaster
Duration: 1:58 min
Size: 8305kb
Matière à réflexion
  • Le peintre et théoricien de l’art Hans Hoffman a fait remarquer que Mulcaster obtient une profondeur picturale en plaçant des objets de façon aléatoire plutôt qu’en les agençant selon un point de fuite. Est-ce que Sans nom (chevaux) illustre cette façon de faire?
  • Mulcaster, qui a enseigné l’art aux enfants et aux adultes, fait la remarque suivante : « Pour l’art, il faut poser un regard intérieur et extérieur. Les enfants regardent naturellement vers l’intérieur et peignent ce qu’ils ressentent. Mais les enseignants étouffent souvent cette créativité naturelle en tentant de la structurer. » Est-ce que Sans nom (chevaux) illustre les sentiments de Mulcaster? Si oui, comment s’est-elle servi de la structure pour aider l’observateur à partager ce qu’elle ressent?
  • En 1978, Mulcaster a dit à l’auteur James Purdie que ses œuvres traitent de l’idée du paysage et non de ses particularités. De quelle façon est-ce que Sans nom (chevaux) illustre cette position?
  • « L’énergie vitale d’une peinture se retrouve souvent dans les contradictions qui s’y trouvent. » Voyez-vous des contradictions qui donnent une énergie à Sans nom (chevaux) ? Quelles sont-elles?
  • Références

    (anglais) Auteur inconnu. « Nonie Mulcaster views Mexico through her art », Saskatoon Star Phoenix, 1978.

    (anglais) Auteur inconnu. « Teachers, parents rapped for rejecting child’s art », Saskatoon Star Phoenix, 11 février 1980.

    (anglais) Auteur inconnu. « For the Love of Art: Don’t stifle children’s’ creativity, urges artist », Library News. Saskatoon Public Library, décembre 2002 – février 2003.

    (anglais) Auteur inconnu. « Wynona Croft Mulcaster », Saskatchewan Arts Board. Capté sur Internet le 9 avril 2008 à : http://www.artsboard.sk.ca/showcase/FromFartoNear/FFtoN_9.htm

    Christensen, Lisa. « Wynona Mulcaster: Art is a dangerous thing », Artichoke, printemps 2003.

    (anglais) Deadman, Patricia. « Mulcaster, Wynona », The Encyclopedia of Saskatchewan. Capté sur Internet le 9 avril 2008 à : http://esask.uregina.ca/entry/mulcaster_wynona_1915-.html

    (anglais) Enright, Robert. Wynona Mulcaster: A survey 1973 – 1982. Catalogue d’exposition. Southern Alberta Art Gallery, Lethbridge, Alberta, septembre et octobre 1984.

    (anglais) Genn, Robert, rédacteur. « Wynona Mulcaster.’ Art Quotes », Capté sur Internet le 9 avril 2008 à : http://quote.robertgenn.com/auth_search.php?authid=718

    (anglais) Perry, Meta. « Artist’s landscapes ‘exciting’ », Regina Leader Post, Regina, 20 décembre 1984.

    (anglais) Purdie, James. « Mulcaster rejoices in sky and earth », The Globe and Mail, Toronto, 14 octobre 1978.

    (anglais) Robertson, Sheila. « Mexico/Saskatchewan coalesce in landscapes of Wynona Mulcaster », Saskatoon Star Phoenix, Saskatoon, 21 septembre 1991.

    (anglais) Robertson, Sheila. « Show tribute to 50 years of painting by Mulcaster »,Saskatoon Star Phoenix, Saskatoon, sans date.

    Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning