Au-delà du figuratif

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Image Radieuse
description

En 1997, dans une rétrospective critique de l’œuvre de McKay, David Howard déclare que la technique du peintre est relativement simple. Il commence par appliquer une couche de latex blanc sur une planche en masonite. Puis, en se servant d’un grattoir, McKay crée une forme géométrique rudimentaire à l’aide d’une série de lignes concentriques ou de cercles.

«La texture tridimensionnelle est minimale» continue Howard «car toute crête de peinture est sablée ou aplatie pour préserver les deux dimensions des motifs géométriques. Il laisse le latex sécher pendant la nuit avant de passer à l’étape la plus importante : l’application de peinture. (Dans bon nombre de tableaux, il applique une couche de peinture émaillée d’une autre couleur afin de créer une variation de couleur),» note Howard. « Le lendemain, McKay verse une couche d’émail à tuyau de poêle Northstar sur le latex et, à nouveau, racle avec force la surface en un mouvement qui part du centre et va vers les bords du cercle, du carré ou du rectangle représenté. Le raclage de la surface révèle à la fois le latex et le restant de la peinture émaillée ce qui crée une image matériellement plate mais dotée d’une profondeur visuelle extraordinaire.» (Howard, 2006)

Image radieuse est l’une des premières images de cercles ou mandalas qui ont fini par dominer son oeuvre. En parlant dans une entrevue des diverses influences qui ont marqué son développement, MacKay déclare qu’une des plus cruciales a été celle d’un autre membre des Regina Five, Ron Bloore qui peignait des mandalas. « Je suis descendu dans son sous-sol et il m’a montré un cercle qu’il avait peint. Je suis remonté et je me suis dit que j’allais essayer ça, ce que j’ai fait et voilà…»

En 1962, dans une étude des travaux des Regina Five, Naomi Jackson Groves décrit le tableau ainsi : «Image radieuse a la magnificence hypnotique d’un soleil lointain vieux de milliards d’années. McKay disait de sentir d’abord et de réfléchir ensuite. Le doigt qui parcourt la surface d’Image radieuse est surpris de sentir la douceur semblable à celle d’un gant de chevreau de l’émail moelleux raclé sur une planche en masonite…» (Groves, 1962)

Une autre critique, Adele Freeman, écrit: «Les mandalas peuvent sembler abstraites de forme mais, à cause de la surface mouchetée que produit McKay, elles paraissent organiques, végétatives.»” (Freeman note également que McKay lui-même compare les formes à des algues, la forme la plus inférieure de végétation aquatique.) (Freeman, 1979)

additional resources Interview with Timothy Long - Le Regina Five
Duration: 2:30 min
Size: 11440kb
Matière à réflexion

 

  • Image radieuse vous rappelle-t-elle un soleil lointain? Selon vous à quoi ressemble-t-elle?
  • «Radieuse» signifie «qui brille d’un grand éclat». Selon vous, quel message McKay essaye-t-il de transmettre dans ce tableau?

 

 

Références

Freeman, Adele.  ‘Gallery Reviews.’  Toronto Globe and Mail, 10 mars 1979.

Groves, Naomi Jackson.  ‘Five Painters from Regina.’  Canadian Art, Mars-avril 1962, p. 101.

Howard, Dr. David, Dr. Alex Kelly, Tim Long.  Arthur F. McKay, A Critical Retrospective.  Cat. exp. MacKenzie Art Gallery, 2006.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning