Artiste et activiste

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Double appelant manqué
decoy, animal cruelty, animals, ceramic sculpture, clay, perspective, surface, representation, illusion, bird, grocery bag, target, weapons, violence, war, simulation of war, 2-dimensional, 3-dimensional, metaphors, checkerboard, feathers, ceramic sculpture, paint, line, shape, paper bag, bird, blood, target checkerboard
description

“A bird in the hand is worth two in the bush”
Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras
        -inconnu

Quand nous voyons des représentations d’animaux mutilés dans une oeuvre d’art, notre première réaction est d’assumer que l’artiste prend position contre la cruauté envers les animaux. C’est peut-être le cas dans Double appelant manqué, de James A. Thornsbury. Mais nous reviendrons sur cette idée après avoir tout d’abord examiné l’oeuvre elle-même.

Cette sculpture en céramique représente une façon de travailler l’argile que Thornsbury a aidé à populariser au milieu et à la fin du XXe siècle. Elle se fonde sur le talent du céramiste à travailler avec le médium de manière à ce que l’argile ressemble à un autre matériau. Ici elle a la rigidité et l’irrégularité d’un sac de papier, le soyeux de la plume d’oie et le brillant du sang. 

Au lieu de se servir de glaçure pour sa céramique, Thornsbury préfère la peinture. Elle lui permet une plus grande justesse, et dans les couleurs de l’œuvre, et dans les lignes et la forme de l’image. Dans ce cas-ci, la peinture lui a permis de créer une image bidimensionnelle sur le côté d’un objet tridimensionnel.  De plus, Thornsbury reconnaît le flou qui existe entre le bidimensionnel et le tridimensionnel en faisant de l’image à deux dimensions une représentation d’objets à trois dimensions: le damier est peint en perspective et le coin de la cible a l’air de se décoller de la surface du damier. D’un côté, l’argile sert de dispositif de représentation, mais d’un autre côté, elle sert à créer une illusion . Pourtant, Thornsbury ne se sert pas de ses matériaux pour simplement créer un exercice de forme. .

Dans l’oeuvre, nous voyons un oiseau dans un sac, un sac brun comme ceux dont on se sert pour porter son épicerie ou son casse-croûte. L’oiseau a l’air mort. Il a un trou dans la tête là où devrait se trouver sa cervelle.  Sur le devant du sac, se trouvent la cible et le damier. 

Il est facile de faire le lien entre l’oiseau et la cible : les oiseaux sint souvent tués par des armes, telles que les fusils, et sont par conséquent des cibles. Le damier nous ouvre une nouvelle perspective, en suggérant que la nature ludique du champ de tir cache une réelle violence, violence représentée graphiquement par l’oie morte. Le jeu de dames simule aussi la guerre. C’est pourquoi la nature ludique du damier et de la cible en papier deviennent des versions acceptables de la violence à l’intérieur du sac. Pourtant, de par leur nature, ils ne peuvent pas s’en séparer totalement. D’une certaine façon, Thornsbury nous prévient que nous devrions faire attention aux métaphores que nous créons et aux mots que nous employons. Même s’ils peuvent sembler inoffensifs, c’est peut-être la malveillance qui nous a poussés à les prononcer.

additional resources Matière à réflexion
  • Finalement, est-ce que Double appelant manqué est un commentaire sur la cruauté envers les animaux? Ou bien est-il une métaphore pour les mauvais traitements que les êtres humains infligent aux autres être humains? Qu’en pensez-vous?
  • Comparons cette oeuvre à d’autres oeuvres dans ce thème d’ARTSask et examinons comment les artistes font usage de la métaphore et de la représentation pour suggérer des messages politiques qui ne sont pas nécessairement évidents ou explicites. Quelles techniques ont-ils employées? En quoi diffèrent-elles d’un artiste à l’autre?
  • Thornsbury s’est servi de la couleur comme dispositif de représentation dans l’œuvre, c’est à dire que les noirs et les rouges du damier, le rouge du sang et le blanc des plumes sont les couleurs auxquelles on s’attend. Et pourtant, le bec de l’oie est blanc, alors que normalement il devrait être noir ou orange. Pourquoi l’artiste a-t-il fait cela, selon vous?
Références

(anglais) BC Potters, Vol. 40, No. 8, September 2004.  En ligne à:  http://www.bcpotters.com/newsletters/200409PGBCNewsletter.pdf

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning