Artiste et activiste

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Sang sur la neige
installation, quilt, snowy field, fabric, quilted fabric, blood, bleeding, chair, Battle at Wounded Knee, memorial, installation space, grave marker, meaning, sewing, quilting, Chief Big Foot, memorial, illusion, security blanket, false security, death, control, vigil, war and remembrance, , blood, snow, installation, quilt, fabric, chair, memorial, death, struggle,
description

Sang sur la neige est une oeuvre qui surprend parfois le spectateur parce que, lorsqu’il entre dans l’installation, il est confronté à une grande courtepointe matelassée – un champ de neige en  toile qui recouvre le sol. Il a l’air frais, vierge et précieux, parce que même s’il est sur le plancher, personne n’a marché dessus. Et il est immense. Il recouvrait la moitié de l’espace réservé à l’exposition lors qu’elle a été présentée à la Mendel Art Gallery.

Le tissu blanc et doux est invitant et réconfortant. Mais au beau milieu de ce « champ » enneigé, l’artiste a placé une chaise. En fait, la chaise est cousue dans la courtepointe de sorte qu’elle aussi a l’air d’être recouverte de neige comme le reste de la galerie ou de l’exposition. Sur le dossier de la chaise, la neige est rouge, comme si du sang avait remonté du plancher sous le tissu  ou comme si la chaise avait été plongée par les pieds dans une mare de sang.

Rebecca Belmore ne nous fournit que quelques ingrédients dans son installation mais ils sont suffisants car ils nous permettent de comprendre le sens de l’œuvre. L’artiste et critique d’art de Saskatoon, Bart Gazzola explique que l’oeuvre est un mémorial à la mémoire des victimes du massacre de Wounded Knee (the slaughter at Wounded Knee). Il explique:

«  Chef Big Foot et ses hommes durent passer la nuit dans un blizzard. Quand les soldats revinrent finalement pour finir leur travail, de nombreux corps gelés étaient devenus des représentations grotesques de la souffrance. Comme le massacre s’était déroulé fin décembre, les survivants qui avaient été enfermés dans une église moururent sous une bannière de Noël sur laquelle on pouvait lire Paix sur terre, aux hommes de bonne volonté. Trad.» (Gazzola, 2007)

L’illusion d’un champ de neige suggère le lieu, l’emplacement, la saison et donc la lutte et la souffrance. Le tissu qui crée cette illusion laisse penser à l’immobilité, à la fausse sécurité, à la blancheur de la mort et à l’impensable qu’on a étouffé ou dissimulé. Et la chaise, immobile et parfaitement centrée, est symbole de contrôle, une tombe dans un champ, insinuant que l’œuvre, elle aussi, tient une veillée silencieuse.

additional resources Matière à réflexion
  • Parce que Sang sur la neige est une oeuvre d’art, on n’a pas le droit de marcher sur le champ de neige matelassé. À votre avis, qu’est-ce que cela suggère? Que signifie le fait qu’on ne puisse pas s’approcher de la chaise et du sang?
  • Quoi d’autre est-ce que l’image de la chaise pourrait représenter?
  • Quoi d’autre est-ce que la courtepointe blanche pourrait représenter? D’après le titre, c’est de la neige mais existe-t-il d’autres interprétations? Le titre aussi suggère que le rouge est du sang mais pourrait-il signifier autre chose dans cette œuvre? En quoi ces interprétations des deux couleurs se rattachent-elles?
Références

(anglais) Baird, Daniel.  ‘Trauma Mama.’  The Walrus, June, 2005.  En ligne à:  http://www.walrusmagazine.ca/articles/2005.06-visual-art-rebecca-belmore/

(anglais) Bradley, Jessica.  ‘Rebecca Belmore: Art and the Object of Performance.’  Dans Caught in the Act: An Anthology of Performance Art by Canadian Women. Tanya Mars and Johanna Householder, eds. Toronto: YYZ Books, 2004.

(anglais) Gazzola, Bart.  ‘A History of Violence.’  Planet S:  Saskatoon’s City Magazine, 15 février 2007.  En ligne à : http://www.planetsmag.com/content