Tout sur Ève

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Sans nom
description

Dans une entrevue vidéo pour le projet ARTSask, Patrick Close décrit la photographie comment étant « simplement le procédé qui consiste à faire un montage de la réalité. » (Close, 2008) Dans sa pratique, il choisit avec soin ses images photographiques qui révèlent son point de vue sur la réalité et de la vie. Il capture ses sujets dans un environnement qui suggère un mystère et une émotion qui, il l’espère, susciteront un écho chez le spectateur. « L’œuvre n’est terminée que lorsqu’il y a un spectateur », dit-il de la relation artiste-public. (Potter, 2008)

Beaucoup de ses photos n’ont pas de titre comme la présente, Sans nom, qui fait partie de la collection de la MacKenzie Art Gallery. Il trouve que les titres, même s’ils permettent de comprendre l’œuvre, peuvent aussi freiner la créativité du spectateur ou l’entraîner dans une direction qu’il n’aurait pas prise de lui-même. Close préfère choisir l’image pour l’importance qu’il lui attache personnellement, espérant qu’elle interpellera le spectateur d’une façon qui est importante à l’expérience du spectateur.

Dans la photographie qui est présentée ici, Close montre simplement une main sur un fond de fleurs stylisées, un papier peint qui rappelle les années 1960. Linda Harvey-Rioux dit que bon nombre de photos de Close sont «à la fois animées et calmes, intenses et paisibles. » Et d’ajouter que « Patrick a la nature artistique du philosophe, de quelqu’un qui aime aller au coeur des choses. Il a le don de prendre quelque chose de complexe pour le distiller en quelque chose de simple et qui pourtant en dit long. » (Harvey-Rioux, 1987)

Sans nom est la photo choisie pour représenter une séance de photos de nus que Close a organisée. Il a pris beaucoup de photos mais plutôt que de présenter des photos explicites de la femme, il fait allusion à la sexualité par le biais de cette image d’une grande douceur, et pourtant puissante. Selon lui, « il est plus sensuel de suggérer que de montrer. » (Close, 2008)

Pour prendre cette photo, Close a placé l’appareil photo près du modèle, au dessus de son épaule. Il est apparent qu’il a une affinité avec la femme et la respecte. Mais certaines choses ne sont pas claires. Pourquoi a-t-elle placé sa main sur le mur? Pourquoi l’artiste a-t-il choisi cette photo en particulier? Pourquoi le spectateur est-il attiré par cette photo?

Si Patrick Close est mieux connu pour ses photos d’arbres et de la forêt pluviale de la Colombie-Britannique, il lui est arrivé de prendre des photos de femmes au cours de sa carrière. Dans une étude de l’œuvre du photographe, le critique d’art Greg Beattie a remarqué qu’il y a un lien entre les photos d’arbres et celles du corps humain: « Les arbres, avec leurs branches dénudées tendues vers le ciel, ressemble à des personnes, les bras levés. » (Beattie, 1994)

Dans cette photo et d’autres similaires, Close explore comment le regard masculin perçoit la femme. « Je suis d’abord une personne avant d’être un homme », déclare-t-il. (Close, 2008) Close collabore avec son modèle pour révéler son moi intérieur honnêtement et éthiquement. Si c’est lui qui a le contrôle final des photos, il est toutefois déterminé à respecter la femme dans sa photo et ne souhaite ni l’exploiter ni la juger. Pour lui, l’art est une exploration du soi et du monde et des relations qui se forment entre les deux.

Close est fascine par la manière dont l’être humain saisit les images et l’illusion. Il s’intéresse à la façon dont la réalité est remise en question lorsque les objets semblent avancer et reculer dans un espace. Dans cette photo, Sans nom, le spectateur est amené à se demander si la main entre dans le mur ou si c’est le mur qui l’absorbe.

Close préfère le noir et blanc parce que cela fait ressortir la force des éléments graphiques et oblige l’artiste à faire attention à la composition plutôt que de compter sur le réalisme qu’offre la couleur. Les photos noir et blanc sont aussi faciles à développer chez soi et, de par leur nature, semblent créer une ambiance ou une atmosphère, une impression de mystère ou de souvenir.

additional resources Nommer ses Å“uvres
Duration: 2:17 min
Size: 9385kb
Sans titre (1976)
Duration: 2:17 min
Size: 7811kb
Son intérêt pour la photographie
Duration: 1:47 min
Size: 7811kb
Sortes de photographie
Duration: 2:20 min
Size: 10013kb
Travailler avec d’autres
Duration: 1:48 min
Size: 7802kb
Matière à réflexion

La photographe remonte aux années 1830. Cherchez comment on faisait les premières photos et les premiers films. À mesure que la photographie progressait, certains ont déclaré « que la peinture était morte » à cause de cette merveilleuse invention. La peinture est-elle morte? Comment a-t-elle changé des suites de cette invention? Faites des recherches sur l’histoire de la photographie dans les sites suivants :

  • (anglais) Histoire de la photographie de ses débuts aux années 1920: http://www.rleggat.com/photohistory/index.html
  • Qu’est-ce que c’est qu’une chambre noire? Essayez d’en faire une en éteignant la lumière dans une pièce et en laissant un petit rayon de lumière entrer. Que trouvez-vous? Pour en savoir plus
  • Comment la chambre noire ressemble-t-elle à l’œil humain?
  • Comment l’image qu’on se fait d’un photographe a-t-elle change au cours de ans? Comment le matériel a-t-il changé? La photographie traditionnelle a-t-elle été remplacée par la photographie numérique ?
  • Étudiez l’oeuvre d’Eadweard Muybridge, un des pionniers de la photographie. Pourquoi les premiers photographes paysagistes avaient-ils autant de problèmes à prendre leurs photos? Rendez-vous à Freeze Frame – Capturing the Moment pour en savoir plus sur Muybridge.
  • Close nous rappelle que les produits et matériaux chimiques dont on se sert en photographie peuvent nuire à l’environnement. La photographie numérique est moins nuisible bien que l’appareil photo contienne quelques produits dangereux. Nous aimons regarder des photos de la nature, nous dit Close, mais s’il n’y avait plus de nature à photographier?
  • Le travail en chambre noire est ardu. Le photographe doit être méticuleux et bien s’y connaître en chimie. Faites des recherches sur le développement des photos. Commencez par les sites suivants :
  • Discutez l’idée de « fausse nature» qui s’applique à la décoration intérieure comme on le voit dans le dessein du papier peint fleuri dans la photo de Close, Sans nom.
  • Patrick Close a une déclaration dans son atelier à laquelle il réfléchit tous les jours “Think less… Paint more” (Moins penser ….Peindre plus).Selon vous, pourquoi a-t-il affiché cela dans son atelier? Peut-on apprendre rien qu’en agissant ?
  • Selon vous, la femme dans la photo de Close est-elle mariée? Se pourrait-il qu’elle soit captée dans un rôle traditionnel féminin ou qu’elle accepte ces attentes traditionnelles ?
  • Il n’y a pas si longtemps que cela, qu’une femme montre une cheville en public était considéré risqué. Dans votre communauté, comment détermine-t-on qu’une photo est sensuelle, érotique ou sexuellement explicite? Croyez-vous que d’autres cultures ont une idée différente de ce qui est un comportement social acceptable pour les femmes et les hommes?
  • Pour en savoir plus sur les stéréotypes sexuels en ce qui a trait à l’art, lisez le livre de John Berger,Ways of Seeing