Tout sur Ève

Some of the features on this page require that JavaScript be enabled.
Regarder l’oeuvre précédente Regarder la prochaine oeuvre
Mabel k.
handwritten letter, notebook, red ink, narrative, women, class, history, memory, red-flocked border, quarrel, difference of opinion, letter, angry letter, private quarrel, relationships, feminist art practice, fragments of history, femininity, memory, social and cultural norms, domestic life, scanned notebook, family histories, family history, letter, conflict,
description

Avec Mabel k., de la collection de la MacKenzie Art Gallery, Gisele Amantea nous présente, non pas des centaines de pages de carnet comme dans son installation A Daily Record (pour en savoir plus, voir la section L’artiste sur Gisele Amantea), mais une page d’une lettre manuscrite.

La lettre, écrite à l’encre rouge, dans un cadre rouge floqué, est au sujet d’une querelle entre deux femmes. Mabel, l’auteure de la lettre, ne s’exprime pas très clairement et la cause précise de la querelle n’est pas très évidente. “I hear that you was angry on me and I didn’t do nothing …” ( j’ai entendu dire que vous êtes fâchée sur moi mais j’ai rien fait), écrit-elle au début. La querelle porte apparemment sur une différence d’opinion sur un certain Alfred. Et Mabel de dire à sa correspondante qu’elle va venir la voir samedi soir et “… and you can tell for me.”( que vous pouvez dire à moi.)

Dans Mabel k. Amantea nous fait entrevoir une affaire très privée. Elle se sert de floc rouge et reproduit la lettre à l’encre rouge, dénotant la colère de son auteure. En encadrant cette lettre qui a plus de vieille de plus de soixante ans, elle fait d’une querelle privée entre deux personnes de Delisle (Saskatchewan), un commentaire sur la façon dont la colère se retrouve dans n’importe quel endroit et à n’importe quelle époque.

Cependant le contenu de la lettre crée un suspense. À nous d’imaginer la rencontre des deux femmes le samedi soir avec tout ce qui peut en résulter. Amantea nous donne aussi le champ libre en ce qui concerne les détails des relations entre l’auteure de la lettre, la correspondante et le dénommé Alfred.

additional resources Matière à réflexion
  • En nommant cette oeuvre, Amantea a laissé en minuscule la première lettre du nom de famille de Mabel contrairement à la coutume qui est d’employer des majuscules pour indiquer l’importance et le caractère unique des noms de famille. Selon vous, Amantea veut-elle suggérer, par cette minuscule, que la situation de Mabel est plus universelle ?
  • On peut juger une oeuvre artistique par la réaction qu’on éprouve en la voyant. Elle nous attire ou nous laisse froids. Son sujet nous intéresse et nous avons envie d’explorer son sens. Qu’est-ce que votre réaction à Mabel k. suggère sur ce que vous pensez de l’œuvre?
Références

(anglais) Amantea, Gisele. Déclaration de l’artiste pourA Daily Record: installations by Gisele Amantea. Seagull Arts and Media Resource Centre, 2006. Capté sur Internet le 15 mai 2008 de: http://seagullindia.com/samrc/gisele/virtual.html.

Auteur inconnu. Gisele Amantea. Centre de l’art contemporain canadien, 2008. Capté sur Internet le 15 mai 2008 de: http://ccca.finearts.yorku.ca/cv/francais/amantea-cv.html?languagePref=fr&

(anglais) Auteur inconnu. Gisele Amantea explores Alberta history at the Walter Philips Gallery. Communiqué de presse. The Banff Centre, Banff, Alberta, le 30 juillet 2003. Capté sur Internet le 15 mai 2008 de: http://www.banffcentre.ca/media_room/Media_Releases/Arts_WPG/2003/03juillet30_gisele_amantea.asp.

(anglais) Greatheart, Marcus. ‘Site Unseen: A Critical Review of the Exhibition at the Salvation Army Recycling Centre in Montreal.’ Concordia Undergraduate Journal of Art History, juin 2005. Capté sur Internet le 15 mai 2008 de: http://art-history.concordia.ca/cujah/issue01/greatheart.htm.

(anglais) Hassan, Jamelie. Gisele Amantea. Catalogue d’exposition. Southern Alberta Art Gallery, Lethbridge, Alberta,1988.

(anglais) Herland, Karen. ‘Gisele Amantea draws on the past.’ Concordia Journal, 3 mai 2007. Capté sur Internet le 15 mai 2008 de: http://cjournal.concordia.ca/journalarchives/2006-07/mai_3/011028.shtml.

(anglais) Tousley,Nancy. Gisele Amantea: Antidotes for madness. Catalogue d’exposition. Mendel Art Gallery, Saskatoon, Saskatchewan, 1988.

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning