Le rôle des musées dans l’éducation artistique

“When the flush of a new-born sun fell first on Eden’s green and gold, Our father Adam sat under the Tree and scratched with a stick in the mould; And the first rude sketch that the world had seen was joy to his mighty heart, Till the Devil whispered behind the leaves, “It’s pretty, but is it Art?” - Rudyard Kipling, “The Conundrum of the Workshops”

(Quand le premier rougeoiement d'un soleil nouveau-né se répandit sur les verts et les ors du paradis terrestre, notre père Adam, assis sous l'arbre, gratta avec un bâton dans l'humus, et le premier dessin grossier que le monde ait vu réjouit son cœur puissant jusqu'à ce que le démon chuchotât derrière le feuillage: «C'est joli, mais est-ce de l'art?» http://www.lire.fr/entretien.asp?idC=47624&idR=201&idTC=4&idG= Les éducateurs dans les musées jouent un rôle important auprès des gens qu’ils aident à réagir aux œuvres d’art et à obtenir une meilleure connaissance personnelle de ces œuvres. Le but des éducateurs est d’aider les visiteurs à mieux connaître les arts et les artistes et à développer la capacité de trouver un sens aux images et aux œuvres d’art.

Les éducateurs travaillent avec d’autres professionnels du musée tels que les conservateurs, les agents de communication, les concepteurs de dépliants et de catalogues d’exposition et les guides-interprètes bénévoles afin de planifier, d’élaborer et d’évaluer les programmes offerts par le musée à ses divers publics. Ces publics sont formés d’artistes, de professionnels du domaine des arts, d’étudiants, d’enfants, de familles et d’adultes de tous les âges.

How do you know but ev’ry Bird that cuts the airy way,

Is an immense world of delight, clos’d by your senses five?

- William Blake, Songs of Innocence

(« Comment savez-vous si chaque oiseau qui fend les voies aériennes n’est pas un monde immense de joie qui est fermé par vos cinq sens ? » Traduction d'Alain Suied.

William Blake, Les chants de l’innocence Les éducateurs nous encouragent à apprécier les œuvres d’art qui nous entourent par l’intermédiaire de tous nos sens. Ils organisent des conférences, produisent du matériel pour les expositions, produisent des vidéos, ils écrivent les textes pour les audioguides, ils produisent du matériel pour les enseignants, fournissent le contenu pour le site Internet du musée et présentent des ateliers. Les éducateurs sont des facilitateurs qui aident les visiteurs à se sensibiliser à l’art et à l’apprécier.

Jen Budney, une des conservatrices adjointes à la Mendel Art Gallery (2008) dit qu’il n’est pas toujours possible de comprendre une œuvre d’art la première fois qu’on la voit. Son travail consiste en partie à donner de l’information pour aider les gens à mieux la comprendre. L’éducateur pour le programme de diffusion de la MacKenzie Art Gallery (2008), Ken Duczek, ajoute qu’en aidant les visiteurs à comprendre et apprécier l’art, les musées les aident à mieux comprendre le monde qui les entoure.

« L’œil ne voit que ce que l’intelligence est prête à comprendre. » Henri Bergson

Le services de diffusion à la MacKenzie Art Gallery

Le programme de diffusion de la MacKenzie Art Gallery a vu le jour dans les années 60 lorsque des bénévoles du musée ont répondu à la demande de communautés environnantes qui désiraient voir des œuvres de sa collection permanente. En 1971, l’intérêt avait atteint un tel point que la MacKenzie a établi un programme de diffusion officiel dans le but de présenter hors ses murs des expositions et des programmes éducatifs dans les communautés rurales de la Saskatchewan.

Le programme de diffusion de la MacKenzie se rend actuellement dans environ 30 communautés par année. Ken Duczek, éducateur à la MacKenzie Art Gallery (2008), travaille avec les conservateurs du musée pour planifier et organiser les expositions qui se rendront dans les communautés. Chaque été, les conservateurs préparent des brochures qu’ils envoient ensuite aux écoles et aux communautés pour leur offrir la chance de recevoir une exposition d’art et des activités éducatives liées à l’exposition sur place. Et chaque année, le programme ne peut subvenir à toutes les demandes.

Une fois les expositions itinérantes choisies et le calendrier des expositions itinérantes établi, les préparateurs et les conservateurs préparent les œuvres pour le voyage. Elles sont placées dans des caisses qu’on place dans une fourgonnette équipée à cet effet. Duczek se rend au site de l’exposition, il décharge la fourgonnette et installe les œuvres d’art, d’habitude dans la bibliothèque de l’école ou dans un gymnase s’il s’agit d’une petite communauté. Les élèves et leurs enseignants visitent l’exposition pendant la journée et les adultes viennent en soirée contempler les œuvres et discuter de l’exposition.

Pour chaque exposition, Duczek prépare aussi un plan éducatif. Parmi les activités, on retrouve des discussions sur l’art et les œuvres d’art ainsi que des occasions de faire de l’art. Le programme de diffusion essaie aussi, chaque année, de présenter un ou deux artistes qui se rendent dans certaines communautés pour parler de leur art et à l’occasion démontrer comment ils travaillent. Ce programme, « Les artistes et leur travail » est particulièrement apprécié des élèves. Au cours d’une année, le programme de diffusion de la MacKenzie apporte des œuvres d’art et des activités d’éducation artistique à près de 10 000 personnes qui habitent les communautés rurales de la Saskatchewan.

Le programme de diffusion à la Mendel Art Gallery

La Mendel Art Gallery offre aussi un programme de diffusion mais avec un accent très différent. Le SaskTel Mendel Art Caravan offre des activités artistiques aux familles. Elles sont présentées sous un chapiteau érigé dans des milieux urbains défavorisés lors d’événements ou de rencontres communautaires.

La Mendel a plusieurs autres programmes sur mesure offerts à des publics précis. On y retrouve des programmes professionnels comme les dialogues entre artiste et conservateur, des tables rondes, des conférences et ArtistbyArtist, un programme qui réunit un artiste émergeant et un artiste établi qui agit comme mentor. Le mentorat est suivi d’une exposition des œuvres des deux artistes. Lorsque le financement du musée est suffisant, il offre des programmes d’internat pour les artistes.

Laura Kinzel, responsable de la programmation pour la Mendel (2008), a présentement la responsabilité (à partir de 2008) de coordonner les programmes professionnels et ceux offerts au public. Ces programmes comprennent studioXPRESS, un atelier portes ouvertes qui déborde d’idées et de matériel artistique pour ceux qui veulent explorer le monde des arts; un centre portes ouvertes pour les familles qui veulent faire de l’art; des événements spéciaux les dimanches après-midi; et ARTforLIFE qui consiste en partenariats de trois ans entre la Mendel et des écoles.

« Nous entrons dans les écoles par le biais d’activités comme le programme « art-for-social-justice » dans le cadre duquel nous avons documenté l’histoire de jeunes immigrants, fait de la poésie slam qui permet l’expression de messages sociaux, fait de l’art éco, et continuons à disséquer les messages médiatiques qui s’adressent aux jeunes. »

La Mendel offre aussi des visites du musée aux élèves et des ateliers pratiques aux élèves de la maternelle à la 12e année. Certains élèves qui ont fait partie de ces visites ou de ces ateliers ont probablement vu leurs œuvres présentées au cours du « School Art Show » présenté à la Mendel – programme qui est offert depuis plus de 30 ans.

« School Art » est un partenariat entre la Mendel et les commissions scolaires publique et séparée de Saskatoon. « Nous avons évolué de le temps où les enseignants venaient et affichaient des choses. Nous avons adopté une approche plus formelle en accord avec la façon dont les œuvres sont choisies et installées pour les expositions professionnelles à la Mendel », nous dit Kinzel.

Les écoles participantes font parvenir au moins six œuvres d’élèves à un comité de sélection – un membre représente la Mendel et les deux autres les commissions scolaires. Chaque année, environ 200 œuvres d’art sont choisies pour l’exposition.

Kinzel explique : « Chaque jury établit ses propres critères de sélection dont font partie une vision ou expression personnelle très forte, un sens d’engagement profond de la part du créateur, un usage compétent et intéressant des matériaux et une compréhension des éléments de l’art et des principes de composition. »

Chaque participant reçoit une lettre à son intention, une invitation à participer à l’exposition « School Art » et une publicité pour l’exposition. On envoie aussi des affiches aux écoles. Plus de 1 000 élèves et les membres de leurs familles participent à la réception du dimanche après-midi qui marque le début de l’exposition.

« ‘School Art’ est certainement une de nos expositions les plus populaires », nous dit Kinzel. « C’est probablement l’activité qui exige le plus de travail de notre personnel. Mais cela en vaut la peine. Nous accueillons aussi un grand nombre d’écoles et de groupes organisés autour d’intérêts spéciaux pendant cette exposition qui va d’avril à juin. ‘School Art’ apporte un complément à nos expositions annuelles et un certain contrepoids à nos artistes classiques, contemporains, locaux, nationaux et internationaux.

Ken Duczek - Introduction – Coordonnateur du programme de diffusion artistique de la MacKenzie Art Gallery
Ken Duczek - Le programme Jeunesse et Écoles de la MacKenzie
Ken Duczek - Le programme de diffusion artistique de la MacKenzie
Ken Duczek - Importance du programme de diffusion artistique
Things To Think About
  • Nous nous servons toujours d’aides visuels pour exprimer oralement nos pensées. Essayez par exemple, de décrire un escalier en spirale sans vous servir de vos mains.
  • Choisissez une œuvre sur le site ARTSask et écrivez les sentiments et les pensées qu’elle éveille en vous. Décrivez d’abord votre réaction initiale, puis décrivez ce qui se passe dans votre tête alors que vous tentez de mieux comprendre ce que l’artiste veut dire.
  • Vous est-il déjà arrivé d’essayer de comprendre ce que quelqu’un explique et  tout à coup, de comprendre. Avez-vous dit « Ah! Je l’ai! » ou « Je vois ce que tu veux dire » ou encore « Je saisis »? De quelle façon ce processus s’applique-t-il lorsque vous contemplez une œuvre d’art?
  • Pourquoi l’éducation artistique est-elle importante? Dan Ring, le conservateur de la Mendel Art Gallery (en 2008), croit que le fait d’avoir une certaine formation en beaux-arts et d’avoir développé un intérêt dans les arts visuels et la communication visuelle peut nous donner des instruments nécessaires pour notre monde moderne en constante évolution.

    Richard Florida, un professeur d’université, est à la tête d’un mouvement grandissant qui postule que l’ouverture à la créativité et l’appui aux gens créatifs qui oeuvrent  dans les industries du savoir est important pour la vie sociale, économique et culturelle des villes.

    Renseignez-vous sur les idées de Richard Florida sur la « classe créative » et dites si vous êtes d’accord avec lui. Pour en savoir davantage, allez à :

 

References
  • (anglais) Edwards, Betty.  « Your Brain: The Right and Left of it » dans The New Drawing on the Right Side of the Brain, New York:  Penguin Putnam Inc., 1999.
  • (anglais) Jones, Mary Mahon.  « Introduction to Gallery Education », MacKenzie Art Gallery, Regina, Saskatchewan, 1992.
  • (anglais) Kinzel, Laura.  Correspondance personnelle avec l’auteur. 10 juillet 2008

 

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning