Le mot conservateur vient du latin « conservare » qui signifie conserver, garder, préserver mais le conservateur d’un musée ne garde pas le musée comme on garde un bâtiment ou des enfants ni ne le préserve dans le sens de « maintenir en état ».

On peut concevoir le conservateur comme le cœur artistique d’un musée ou d’une institution qui se constitue une collection. Au début de la profession, le conservateur avait comme responsabilités l’accroissement de la collection du musée ou de l’institution et son entretien; il pouvait chercher de nouvelles œuvres à acquérir et choisir lesquelles des œuvres offertes en don il accepterait (ce travail est maintenant la responsabilité du comité d’acquisitions); il s’assurait du bon entretien des œuvres (maintenant la responsabilité du restaurateur), de leur organisation (maintenant le rôle du gestionnaire des collections ou de l’archiviste) et de leur entretien général.

Au fur et à mesure que les musées et les institutions qui ont des collections prennent de l’ampleur, le rôle du conservateur est devenu plus précis et orienté. Les conservateurs contemporains ont rarement à réparer des œuvres abimées ou à cataloguer les œuvres dans la chambre forte du musée (même s’ils continuent à superviser ce travail). Il peut sembler que les conservateurs ont perdu certaines de leurs fonctions et par le fait même, perdu une partie de leur pouvoir au sein de l’institution, mais ce n’est pas le cas. Leurs fonctions à l’origine ont été remplacées par le prestige et le pouvoir de choisir les œuvres à exposer et de quelle façon.

Le commissaire d’exposition choisit l’artiste (ou les artistes) et les œuvres qui feront partie d’une exposition, que ces œuvres soient anciennes ou modernes, qu’elles fassent partie de la collection permanente du musée ou non. Si elles n’appartiennent pas au musée, c’est son rôle d’entreprendre les communications nécessaires et de négocier le prêt d’une œuvre d’art au musée pour l’exposition. Lorsqu’il sélectionne les artistes et leurs œuvres, il doit prendre en considération un nombre de facteurs :

Joe Fafard - John Diefenbaker

  • Le but de l’exposition. Si l’exposition est élaborée autour d’un thème ou d’un concept, il doit décider si une œuvre en particulier est appropriée pour ce concept. Une exposition peut prendre forme à partir du contenu d’un nombre d’œuvres ou de similitudes entre les façons dont elles ont été produites; les œuvres peuvent provenir d’une même région géographique, d’une culture ou d’une tradition en particulier, ou avoir été produites par des artistes d’origines ethniques semblables ou qui ont des intérêts semblables.
  • L’importance de l’artiste. D’habitude, les artistes qui ont été exposés dans d’autres lieux ont de bien meilleures chances d’être choisis pour une exposition que les artistes dont les œuvres n’ont jamais été exposées. De même façon, les artistes très importants seront choisis avant les artistes qui n’ont pas encore une grande réputation dans la communauté artistique ou dont les œuvres n’ont pas été exposées aussi souvent.
  • L’importance de l’œuvre. Ceci est particulièrement vrai pour les expositions d’un artiste seul parce que le commissaire doit choisir les œuvres qui démontrent le mieux son importance tout en demeurant fidèle au contexte de l’exposition. Par exemple, si un commissaire montait une exposition des œuvres de Joe Fafard en prenant comme thème « la vie à la ferme » cela n’aurait aucun d’inclure la sculpture du politicien John Diefenbaker, peu importe que cette pièce soit bien connue ou importante dans la pratique artistique de son auteur. l’artiste.
  • Kenneth Lockhead•    L’aspect pratique. Cela comprend une évaluation des qualités physiques, matérielles et dynamiques de l’œuvre. Une équipe doir décider si ces qualités rendent l’œuvre acceptable ou non. L’aspect pratique est un facteur important qui a un effet sur le contenu de l’œuvre et sa relation avec le thème de même que sur l’installation de l’exposition. Par exemple, si on organise une exposition d’art sonore dans un espace réduit, il est plus sensé de choisir plusieurs œuvres d’art sonore qui peuvent être écoutées avec des casques d’écoute que se servir de haut-parleurs. Placer huit haut-parleurs dans un tel espace rendrait les œuvres inaudibles. De même façon, peut-être un peu extrême, un commissaire doit s’assurer qu’une œuvre d’art n’abimera pas les autres œuvres exposées en même temps : placer une des machines à dessiner par jets d’encre de Rebecca Horn à côté d’une toile immaculée de Kenneth Lockhead serait dangereux. La toile risquerait la destruction presque totale.

 

Tim Long - Qu’est-ce qu’un conservateur, une conservatrice?
Jen Budney - Comment elle est devenue conservatrice associée
Jen Budney - Le conservateur/commissaire comme entremetteur
Jen Budney - Évolution d’une exposition
Things To Think About
  • On a récemment assisté à une controverse au sujet des artéfacts de cultures non européennes conservés dans les collections de musées et de galeries d’art publiques. Ces artéfact culturels ont souvent été obtenus par des explorateurs ou des militaires qui les confisquaient à des pays conquis, à leurs peuples et à leurs cultures pour les vendre à de riches collectionneurs qui en faisaient ensuite don à des collections publiques. Est-ce que nos musées et nos galeries d’art publiques devraient connaître ou chercher à connaître l’origine des ces artéfact? Si oui, qu’est-ce que ces institutions pourraient faire? Quel est le rôle du conservateur à ce sujet? Essayez de trouver un ensemble de solutions en faisant une recherche sur des problèmes de ce genre. Renseignez-vous auprès des musées et des galeries d’art public de votre communauté sur leurs principes et politiques à ce sujet.
  • Il en coûte moins cher aux musées de présenter des œuvres d’art conservées et entreposées dans leurs collections permanentes parce qu’ils n’ont pas transporter les œuvre et n’ont souvent pas à payer des frais d’exposition. Si les musées exposaient davantage d’œuvres d’art ou d’œuvres historiques de leurs collections permanentes et moins d’œuvres contemporaines d’artistes vivants, cela aurait-il un impact sur le public du musée ou sur ses expositions itinérantes (chiffres, statistiques)? Y aurait-il un désavantage à cela?
  • Engagez une discussion : Est-ce qu’un musée a la responsabilité de présenter les œuvres d’artistes locaux? Justifiez votre position.

 

Canadian Heritage University of Regina Mackenzie Art Gallery Mendel Art Gallery Sask Learning